Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

30 articles avec guyane

Guyane : diaporama PPS

Jean Yves
Guyane : diaporama PPS
Guyane : diaporama PPS

La Guyane est un département d'outre-mer (DOM) français d'Amérique du Sud. Son code Insee est le 973. Avec une superficie de 83 846 km2, la Guyane est le plus grand département français. C'est également le plus boisé, 96% du territoire étant couvert d'une forêt équatoriale. La Guyane possède 300 km de côtes, 520 km de frontières avec le Suriname et 700 km de frontières avec le Brésil. La population de la Guyane est environ de 250 000 habitants. Elle est en forte croissance. La Guyane est le département français où le taux de natalité est le plus élevé et le taux de mortalité est le plus faible....

Guyane : préparation du couac

Jean Yves
Guyane : préparation du couac
Guyane : préparation du couac

L'abattis est le système agricole ancestral des Amérindiens vivant en forêt depuis des millénaires. Cette pratique a été adoptée par les communautés qui se sont ou ont été installées en Guyane française (Noirs Marrons, Créoles, Haïtiens, Brésiliens, H'mongs, etc.). Le terroir forestier est défriché en partie : les arbres sont coupés sommairement et laissés sur la parcelle, qui est ensuite brûlée. Le brûlis intervient à la fin de la saison sèche, entre octobre et novembre, après le sabrage et l’abattage des arbres entre juillet et septembre. Le semis et la plantation des cultures commencent en novembre...

Guyane : les Peuples du Fleuve

Jean Yves
Guyane : les Peuples du Fleuve
Guyane : les Peuples du Fleuve

En Guyane française, les Noirs marrons sont aujourd’hui considérés (avec les Amérindiens) comme les «Hommes du Fleuve». Aujourd'hui, on s'intéresse particulièrement à deux ethnies, car elles ont eu une histoire particulièrement mouvementée : les Alukus ou Bonis (du nom de leur premier chef coutumier) et les Ndjukas. Pour faire simple, on peut dire que la fraction la plus importante et la plus anciennement occupée du territoire traditionnel des Bonis est située sur la partie du Maroni connue sous le nom de Lawa ou l'Alawa (en orange sur la carte), entre Maripasoula et Grand-Santi. A ce territoire,...

Guyane : les pirogues du Maroni

Jean Yves
Guyane : les pirogues du Maroni
Guyane : les pirogues du Maroni

Entravé dans la majeure partie de son cours par de nombreux rapides et chutes d’eau appelés sauts, le Maroni n'est pas un long fleuve tranquille. Lors de la saison des pluies, les sauts sont recouverts par les eaux et les courants sont violents. On le voit dans les photos ci-dessous où deux épaves de pirogues gisent sur les rochers : En saison sèche, les roches affleurent de toutes parts, et il est bien difficile de repérer une passe. Les pirogues des "Peuples du Fleuve" sont étroites et longues et leurs extrémités dépassent largement au–dessus du bordage. Leur aire importante autorise de relever...

Un fleuve de Guyane : le Maroni

Jean Yves
Un fleuve de Guyane : le Maroni
Un fleuve de Guyane : le Maroni

Le Maroni, sous le nom de Alitany (en violet sur la carte), prend sa source dans les Monts Tumuc-Humac au Suriname. Il devient le Lawa (en orange sur la carte) lors de sa confluence avec l'Inini (en bleu sur la carte). Et enfin, il prend le nom de Maroni (en rouge sur la carte) lors de sa réunion à Grand-Santi avec le fleuve Tapanahoni (en vert sur la carte). Avec ses 520 km, le Maroni est le plus long et le plus puissant fleuve de la Guyane. C'est "l'autoroute" vers les communes intérieures de la Guyane. La pirogue reste le principal moyen de transport de la région. Le fleuve fait office de frontière...

Guyane : Maripasoula

Jean Yves
Guyane : Maripasoula
Guyane : Maripasoula

Située sur le Haut Maroni, Maripasoula, devenue une commune en 1968, est la plus grande commune de France. C'est le Créole Papachine qui créa Maripasoula en 1947. Le Préfet Vignon, en 1950, transforma cette petite bourgade en Centre Administratif. Il y a actuellement environ 5 600 habitants. La population est en majorité Bonis, mais il y a aussi beaucoup d'Amérindiens, de Créoles, de Brésiliens et d'Haïtiens. Il existe une piste d'atterrissage permettant de relier Cayenne à Maripasoula. Le vol dure environ quarante-cinq minutes au-dessus de la forêt guyanaise sur un appareil Twin Otter de la compagnie...

L'art marron en Guyane : le Tembé

Jean Yves
L'art marron en Guyane : le Tembé
L'art marron en Guyane : le Tembé

Au 17ème siècle, les esclaves fuient leur servitude en Guyane hollandaise, devenue Suriname, et s’installent dans la forêt près du Maroni et de son affluent le Tapanahoni. Appelés les Noirs Marrons, ils créent un art très coloré et géométrique qui existe sous forme de peinture ou de sculpture : c'est L'Art Tembé, l’art du fleuve. Le terme "tembe" vient de l'anglais "timber" qui désigne le bois de construction : poutres, planches, étais… Ci-dessous, des pagaies : Les premières manifestations d'une sculpture spécifiquement marronne datent du début du 19ème siècle : ce sont des peignes, des pagaies,...

Guyane : le long du Maroni

Jean Yves
Guyane : le long du Maroni
Guyane : le long du Maroni

Le long du Maroni, fleuve frontière entre la Guyane française et le Surinam, outre les Amérindiens, vivent les descendants des esclaves marrons échappés aux XVIIIe et XIXe siècles des plantations de la Guyane hollandaise. Les photos sont prises au village Saramaca de Saint-Laurent-du-Maroni. C’est ainsi que l’on désignait, non pour leur couleur mais à cause du mot espagnol cimarron (de l’espagnol cimarrón : « vivant sur les cimes »), les Nègres Marrons qui se sont réfugiés loin dans les forêts et qui ont su ainsi sauvegarder et transmettre leurs modes de vie africains et même partiellement leurs...

Saint-Laurent-du-Maroni (2) : le Camp de la Transportation

Jean Yves
Saint-Laurent-du-Maroni (2) : le Camp de la Transportation
Saint-Laurent-du-Maroni (2) : le Camp de la Transportation

Entre 1852 et 1953, environ 70 000 condamnés seront passés dans les camps implantés sur le territoire du département. Partis de Saint-Martin-de-Ré, ils embarquent sur le "La Martinière" et arrivent à Saint-Laurent-du-Maroni après 14 jours de mer. Toute la population de la ville assistait au débarquement des bagnards qui se dirigeaient, dès leur arrivée, vers le Camp de la Transportation. En regardant ces cases alignées, on ne peut s'empêcher de penser aux films sur les camps de déportation de la seconde guerre mondiale. Les passages en italique sont extraits du livre : "La guillotine sèche, histoire...

Guyane : Saint-Laurent-du-Maroni. (1) La ville

Jean Yves
Guyane : Saint-Laurent-du-Maroni. (1) La ville
Guyane : Saint-Laurent-du-Maroni. (1) La ville

Saint-Laurent-du-Maroni, située 253 km à l'ouest de Cayenne, un peu derrière l'embouchure du Maroni, est la deuxième ville de Guyane. Saint-Laurent-du-Maroni est né du bagne le 21 février 1858, inaugurée par l'Amiral Auguste Laurent Baudin, qui donne son nom à la ville. Tous les condamnés venant de la France débarquaient d'abord à Saint-Laurent et étaient ensuite divisés entre les différents camps et pénitenciers de la Guyane. En face, au Suriname, se trouve la ville d'Albina, avec laquelle les échanges sont très actifs par pirogues. La commune s'étend sur 483.000 hectares et compte environ 33...

1 2 3 > >>