Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Un fleuve de Guyane : le Maroni

Jean Yves

 

Le Maroni, sous le nom de Alitany (en violet sur la carte), prend sa source dans les Monts Tumuc-Humac au Suriname.

 

Il devient le Lawa (en orange sur la carte) lors de sa confluence avec l'Inini (en bleu sur la carte).

 

Et enfin, il prend le nom de Maroni (en rouge sur la carte) lors de sa réunion à Grand-Santi avec le fleuve Tapanahoni (en vert sur la carte).

 

 

 

 

 

guyane013


 

 

 

Avec ses 520 km, le Maroni est le plus long et le plus puissant fleuve de la Guyane. C'est "l'autoroute" vers les communes intérieures de la Guyane. La pirogue reste le principal moyen de transport de la région.

 

 

 

 

Maroni001


 

 

 

Le fleuve fait office de frontière entre la Guyane et le Suriname, jusqu'au confluent avec le fleuve Mana, avant de se jeter dans l'Océan Atlantique où son embouchure se confond avec celle de la Mana dans un estuaire large de 5 km.

 

Ci-dessous, notre pirogue lors de la descente du fleuve :

 

 

 

Maroni002

 

 

 

 

 

 

Maroni003


 

 

Il ne faut pas être trop regardant sur la sécurité : le réservoir est un fût de 200 litres, près de lui, une batterie servant à alimenter la pompe à eau (en raclant sur les rochers des sauts, la pirogue en bois embarque "un peu" d'eau entre ses jointures). Si on ajoute que le motoriste a souvent la cigarette aux lèvres, on est tout à fait rassuré. Quant aux gilets de sauvetages, ils nous servent de coussin.

 

 

 

Maroni004

 

 

 

 


 

Maroni005

 

 


 

Les villages Bushinengué (Boni, Djukas, Saramacas) et Amérindiens (sur le haut Maroni, au-delà de Maripasoula) se succèdent tout le long du fleuve.

 

 

 

 

Maroni006

 

 

 


 

 

Maroni007

 

 

De nombreuses îles jalonnent le cours du fleuve, partagées entre le Suriname et la Guyane : difficile de savoir laquelle est française ou surinamaise. Quelques noms pour nous dépayser un peu :

Iles surinamiennes : Langa Tabiki, Kipoua Tabiki…

Iles guyanaises : Iles des Lépreux, île Bastien,  île La Moitié, Gaan Tabiki…

 

 

 

 

Maroni008

 

 

 

 

 

 

 

Maroni009


 

 

 

 

 

 

Maroni010


 

 


De nombreux rapides, appelés «sauts» en Guyane, ponctuent son cours. On dénombre environ 90 sauts importants et près de 160 passages dangereux.

 

Certains sauts ont des noms qui parlent d'eux-mêmes, comme ceux-ci :

 

 

Gun Soutou Soula : le saut du fusil qui part.

Man Bali Soula : le saut où tout le monde crie.

Man Caba Soula : le saut où tout le monde finit.

Poligoudou Soula : le saut des richesses perdues.

 

 

 

 

 

Maroni011

 

 

 

Entre les sauts, les différents bras du fleuve et les nombreuses îles, seuls ceux qui vivent ici sauront retrouver leur chemin dans ce dédale, faisant preuve d'une dextérité hors du commun pour franchir les sauts les plus difficiles.

 

 

 

Maroni012

 

 

 

 

 

 

Maroni013

 

 


 

Dans le Maroni on réalise tous les gestes quotidiens de la vie : se nourrir, se laver, faire la vaisselle, la lessive.

 

 

 


 

Maroni014

 

 

 

 

 

 

 

Maroni015


 

 

 

 

 

Maroni016

 


 

Au détour d'un méandre, on rencontre aussi les barges des chercheurs d'or :

 

 

 

Maroni017

 

 

 


 Maroni018

 

 

 

 

 

 

Maroni019

 

 

 

Sur le fleuve, naviguent aussi des pirogues chargées de produits de contrebande (fûts d'essence...)

 

 

 

F MaroniP021

 

 


Le village de Papaïchton est le premier gros village après Maripasoula. Papaïchton compte environ 1600 habitants, en majorité Bonis (ethnie Noirs-marrons). C'est d'ailleurs à Papaïchton qu'habite le Grand Man, chef spirituel et religieux des Bonis. Le bourg s'appelle Papaïchton-Pompidouville en l'honneur du président Pompidou qui avait reçu le Grand Man et maire Tolinga à l'Élysée en 1971.

 

 


 

Maroni020

 

 

 

 

 

 

 

 

Maroni021


 

 

 

Tous ces villages le long du fleuve souhaiteraient s'équiper de panneaux solaires et délaisser les groupes électrogènes trop gourmands en pétrole.

 

 

 


 

Maroni022

 

 

 

 

 

Maroni023

 

 

 


 

 

Commentaires

Durgalola 22/07/2010 21:53


un très beau voyage que tu as fait - tu as vu beaucoup de choses - très beaux paysages et effectivement si le solaire pouvait apporter plus de confort de façon moins polluante, ce serait pas
mal
bonne soirée


channig 18/07/2010 08:33


Nettement plus tranquille et différente la descente de l'Odet, par exemple !! le soleil par contre n'était pas au rendez-vous à la pointe de la Bretagne la semaine dernière....mais ça ne m'a pas
empêché de faire quelques photos.
A bientôt et BiZHous de Gwaien


Soledad 13/07/2010 20:34


Voilà qui ne me rassurerait pas trop non plus, mais tout compte fait, pour le spectacle, la beauté des endroits, le dépaysement, je risquerais bien un peu...
Merci de me faire voyager au bout du monde... En ces temps durs, je viens me délasser comme je peux... Bisous


Urban 12/07/2010 18:46


Descendre la Maroni sur ces pirogues avec le fût d'essence , c'est sûre que c'est de l'aventure ;-) Il doit y avoir aussi des jours ou le Maroni montre des visages moins calme :-)
Bonne soirée JY


Soledad 10/07/2010 20:07


Tes magnifiques photos, la chaleur ambiante extérieure, nous voici au dépaysement...
Bon weekend. Bisous