Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Polynésie : La pêche au caillou

La pêche au caillou

 

Elle se faisait jadis pour fêter le passage d'un arii, prince ou roi. Celle d’aujourd'hui a été organisée en hommage à la visite du Porte Hélicoptères Jeanne d’Arc… Mais ceci se passait en l’an 1978, c'est-à-dire il y a fort longtemps, au siècle dernier. Ce sont quelques vieilles diapositives plus ou moins abîmées trouvées au fond d’un tiroir. Scannées, elles ne rendent pas encore trop mal.

 

Cette pêche, peu abondante, n'est pas pratiquée pour subvenir aux besoins des habitants. Le poisson qu'elle ramène appartient en principe à celui qu'on veut honorer.

 
Comme c’est une fête rare, elle réunit la plupart des villages de l’île. C’est l’occasion pour tous les habitants de se retrouver et de faire une « bringue » mémorable.

 

Cette pêche demande un grand espace d'eau peu profonde d’où le choix du motu (l’îlot, en tahitien,)  pour l’organiser.


 




On a préparé la veille sur le motu, la longue guir­lande qui servira de filet. Elle est faite de palmes vertes entrelacées qui forment une sorte d’épais filet. Elle servira à fermer le piège en forme de nasse qui a été construit sur le bord de la plage.

 






Chaque propriétaire de pirogue a aussi préparé son « caillou » : une pierre volcanique taillée de façon à ce qu’une corde puisse s’y fixer.

 

 

 



 

 

 




Certains cailloux sont entourés d’un tissu résistant permettant une attache plus facile.

 






De chaque village de l’île, les pirogues fleuries se dirigent vers le point de rendez-vous à une bonne distance du rivage.




 


 

 

 


 

 

 

 

 


 




On les distingue au loin, sur le vert lisse du lagon, en un grand arc de cercle qui se rapproche et se resserre peu à peu. 

C'est un merveilleux spectacle, une sorte de ballet nautique, dans un lumineux décor de plages de sable blanc, d'eaux lumineuses turquoisesou vert de jade, de ciel bleu, de pirogues décorées de fleurs multicolores.

 



 





 




Chaque pirogue porte deux ou trois hommes.  L’un d’eux, à la proue, sur une cadence très vive jette à l'eau la grosse pierre attachée à une corde, la ramène à lui et la rejette aussitôt.

 



 

 

 

 


 


 





 

 

 

 

 


 

 


Il paraît que la vue d'une bouteille de whisky effraie aussi le poisson.

 

 

 





Les pirogues chassent ainsi devant elles le poisson effrayé, le refoulent vers la grande nasse formée sur la plage. Elles se rapprochent l'une de l'autre à mesure que les piroguiers avan­cent.

 

 





L'arc des pirogues, de plus en plus serré, atteint bientôt le piège. C’est à ce moment que les villageois restés sur le motu entrent en action en fermant la nasse avec les guirlandes de palmes de cocotier. Cela doit être fait très vite et à grand fracas de rires et de cris pour empêcher le poisson de retourner vers le large.

 





Dans une vingtaine de centimètres d’eau, le poisson grouille, se débat, cherche à sauter par‑dessus le piège.

 






Les cris et les rires se calment  un instant pour écouter le chef qui s'approche de celui qu’on a voulu honorer (ici le pacha du navire de la Marine Nationale), lui fait un discours et lui remet un harpon pour piquer le poisson de son choix.



La fête continue ensuite sur l'île par un tamaara.

 

Le tamaara

 

C’est le repas de fête polynésien. Il ressemble davantage à un buffet où les plats sont disposés sur une table décorée de feuilles de cocotier et de bananier. Des fleurs d’hibiscus et de tiaré complètent la décoration.

 Autour de la table, des bancs empruntés à l’école ou au temple. Evidemment, pas de fourchette ni de cuillère : on mange avec les mains. (J’entends déjà  les recommandations faites en métropole : « Ne mange pas avec tes doigts ! ») Parfois des assiettes, mais aussi des feuilles de bananier.

En guise de verre d’eau, des cocos verts décapités posé sur la table, du vin rouge, et surtout la célèbre bière Hinano.

Quant à la préparation, pas de casseroles de cuivre, pas de cocote minute, pas de cuisine aux murs embués. Tout ou presque est préparé dans le four tahitien ou ahima’a.  C’est une œuvre qui réunit tout le village.

 

 

 


 

 


Ce four est construit moitié au-dessous, moitié au-dessus du sol. Dans la partie creusée, des pierres volcaniques (Les îles de Polynésie sont d’origine volcanique) sont disposée et chauffées à blanc pendant une partie de la nuit.



 


 


Par-dessus on range les aliments : poissons et légumes (taros, feï, bananes, patates douces,  manioc…) emmaillotés dans des feuilles de bananier, petit cochon, marmite de fonte contenant le poe (poé), le poulet fafa (poulet coupé en morceaux avec des feuilles de taros, mélangé à du lait de coco), ragoût de tortue….

 

 




 


On recouvre ensuite ce four de sorte de paillasson rond fait de feuilles tressées de « purau »,  de feuilles de bananier, puis d’une bâche pour que tous les aliments cuisent à l’étouffé.





 


 

 


Pour compléter le tout, ne pas oublier le veau à la broche, les langoustes, les oursins, les bénitiers, le célèbre poisson cru (mariné dans du jus de citron vert) et le miti haari. Tous les plats sont disposés ensemble sur la table.

 

 


 

 

 


Après les discours et les chants de bienvenue, le repas commence sérieusement par une prière faite par le pasteur ou par le diacre. Ensuite place à la fête, ou plutôt à la bringue comme on dit là-bas. Et ça, ça peut durer longtemps… environ.