Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Guyane : les pirogues du Maroni

Jean Yves

Entravé dans la majeure partie de son cours par de nombreux rapides et chutes d’eau appelés sauts, le Maroni n'est pas un long fleuve tranquille. Lors de la saison des pluies, les sauts sont recouverts par les eaux et les courants sont violents. On le voit dans les photos ci-dessous où deux épaves de pirogues gisent sur les rochers :

 

 P Maroni001

 

 

 

 


 P Maroni002

 

 

 

 

 

 

P Maroni003

 

 

En saison sèche, les roches affleurent de toutes parts, et il est bien difficile de repérer une passe.

 

 

 

P Maroni004

 

 


 

 

P Maroni005

 

 

 

 

 

 

P Maroni006

 


 

Les pirogues des "Peuples du Fleuve" sont étroites et longues et leurs extrémités dépassent largement au–dessus du bordage.

 

 

 

 

P Maroni007

 


 

 

Leur aire importante autorise de relever le moteur lors du passage de hauts fonds, sans pour autant perdre de la vitesse et de la manœuvrabilité.

 

 

 

 

P Maroni008

 


 

 

 

Pour la construction de ces pirogues on fait appel à la technique ancestrale d’élargissement au feu de la coque. L’ingéniosité de cette technique repose sur la plasticité du bois à chaud (en particulier de l'angélique) et permet d’obtenir une pirogue large à partir d’un arbre de faible diamètre.

 

 

 

 

 

P Maroni009

 

 

 

 

Un imposant tronc d’angélique est choisi en forêt pour sa taille et sa droiture. Après avoir été abattu, il est débité sur place durant plusieurs semaines à l’aide de haches et d’herminettes. Le tronc est creusé sur tout son long, pour être dégrossi et constituer la coque de la pirogue. Une fois le tronc évidé, il est tiré par tout le village jusqu'au lieu de finition. Un repas festif réunit alors tous les participants.

 

 

 

P Maroni010

 

 

 

 

La construction est ensuite poursuivie par un polissage de la coque. Puis celle–ci est placée sur un feu et retournée plusieurs fois afin de la chauffer de façon homogène. Des pièces de bois de plus en plus longues, au fur et à mesure de l'avancée de l'opération, sont placées entre les bords de la coque pour agrandir l'ouverture. Cette ouverture de la coque au feu est une étape délicate qui conditionne les performances et la durée de vie d’une pirogue. Les risques de fissures sont importants.

 

 

 

 

P Maroni011

 

 

 

Deux larges planches viennent rehausser les bords de la coque. Des bandes de cartons d'emballage recouvertes d'une plaque de fer blanc assurent l'étanchéité à la jointure du tronc et des deux planches.

 

 

 

 

P Maroni012

 


 

 

Une pièce de proue et une pièce de poupe, généralement taillées dans un arbre voisin, sont ensuite fixées à l’avant et à l’arrière de l’esquif afin que l’eau ne s’y engouffre pas lors du passage des rapides.

 

 


 

P maroni013

 

 

 


 

 

P Maroni014

 


 

 

L’embarcation est alors prête pour être enfin peinte avant sa mise à flot : des décorations d’art traditionnel  Tembé personnaliseront chaque pirogue.

 

 

 


P Maroni015

 

 

 

 

Les Bushinenges ont conçu trois formes de pirogues :

 

D'abord, les "canots pagaies". Les Bushinenges disposent de petites embarcations légères, les "canots pagaies", qu’ils manœuvrent à la pagaie et à la perche. Ces petites pirogues sont très répandues dans les villages où femmes et enfants les utilisent quotidiennement pour aller à la pêche.

 

 


 

P maroni016

 

 

 

 


 

P maroni017

 


 


 

 

P maroni018


 

 


Ils permettent de transporter trois à quatre adultes au maximum mais peuvent être manœuvrés par une seule personne assise à l’arrière. Comme la maison, la pirogue et la pagaie constituent un cadeau matrimonial important.

 

 

 


 

P Maroni019

 

 

 

 

 

 

P maroni020

 


 


 

 

 

P maroni021

 


 


Les "canots pagaies" occupent une place prédominante dans la transmission des "savoirs de l’eau". La première phase de l’apprentissage des techniques de navigation est en effet réalisée dans ces "canots pagaies". Dès leur plus jeune âge, les enfants accompagnent leur mère à l’abattis. Munis de petites pagaies adaptées à leur taille, ils participent à la propulsion.

 

 

 


 

P Maroni022

 

 

 

 

 

 

P maroni023

 

 

 

A partir de huit ans, les enfants manient la longue perche appelée takari qui permet de propulser mais également de diriger l’embarcation.

 

A l’adolescence, ils acquerront le statut de takariste. Placé à l’avant des grandes pirogues à moteur, le takariste a pour rôle de sonder la rivière et d’indiquer les hauts fonds au motoriste. Pour coordonner en permanence leurs efforts, le motoriste et le takariste ont développé une gestuelle très codée.

 

 


 

P Maroni024


 

 

 

Dans les sauts, le takariste utilise sa perche pour diriger la pirogue. En prenant appui sur les roches, il dévie la proue pour lui faire prendre la bonne passe. De nombreux voyages sont nécessaires au jeune takariste pour mémoriser les passes navigables en fonction de la hauteur des eaux qui varient de plusieurs mètres entre la fin de la saison des pluies et la saison sèche.

 

 

 

 

P maroni025

 


 

 

 

Les Bushinenges différencient deux types de pirogues à moteur : les pirogues fileuses pour le transport des passagers et les pirogues de fret.

 

 

Plusieurs centaines de pirogues à moteur transportent chaque jour sur le fleuve personnes et marchandises. La longue expérience que les piroguiers Bushinenges ont développée par leur pratique du fleuve, et transmise de génération en génération, en fait les spécialistes de la navigation sur le Maroni. Tous les usagers du fleuve, touristes, commerçants, administrations, font appel à leurs services.

 

 


 

P Maroni026

 

 

 


 

De nombreuses pirogues longues et étroites, dites fileuses, assurent des services de taxi entre les villages du Maroni. Elles sont également employées pour le transport scolaire.

 

 

 

 

P Maroni027

 

 


 

 

De très bonne heure, dans le froid du matin, alors que la condensation de la forêt recouvre encore le fleuve lui donnant des couleurs fantomatiques, le bruit incessant d'un ballet de pirogues réveille les villages. Ce sont des dizaines de pirogues transportant les enfants des villages isolés qui filent vers les écoles et collèges des gros bourgs. Plus tard, le soleil finira par déchirer et faire disparaître ce rideau de brumes.

 

 

 


 

P Maroni028

 

 

 

 

 

 

 

P Maroni029


 


 

Toutes les tournées, des postiers aux médecins en passant par les gendarmes, sont réalisées en pirogue fileuse. Ici, une patrouille du 9ème RIMa :

 


 

 

P Maroni030

 

 


 

 

Les commerces du Maroni sont ravitaillés depuis Saint–Laurent–du–Maroni et Albina par les larges pirogues de fret qui peuvent contenir jusqu’à dix tonnes de chargement. Les marchandises transportées sont extrêmement variées. Les entreprises de construction affrètent également des pirogues de fret pour transporter bois, parpaings, ciment et même des engins de chantier placés à cheval entre deux pirogues. (Ci-dessous, un 4x4 "à cheval" sur deux pirogues).

 

 

 


 

P Maroni031

 

 

 

 

 

 

P maroni032

 


 

 

Mais le plus souvent, ce sont des fûts de 200 litres plein d'essence venus du Suriname que transportent ces pirogues. Fûts d'essence de contrebande pour la plupart, qui non seulement sert au ravitaillement des groupes électrogènes des différents villages, mais aussi aux pompes des orpailleurs clandestins plus haut sur le fleuve. C'est la raison pour laquelle ces piroguiers n'aiment pas qu'on les photographie.

 

 

 

 P Maroni033

 

 

 

 


 P Maroni034

 


 

 

Les bordages des pirogues portent parfois des devises, des maximes ou des inscriptions rédigées en français, en taki-taki ou en anglais.

 

 


 

P Maroni035

 

 

 

 

 

 

P Maroni036

 


 

 

Pour réaliser cet article, je me suis aidé d'une publication faite par Madame Sophie François, Archéologue spécialisée en archéologie nautique, Direction régionale des affaires culturelles de Guyane, paru dans In Situ n°3 (printemps 2003), la Revue des Patrimoines.

 

 

 

 

P Maroni037

 


 

 

Dernières nouvelles du "front de Guyane", extrait de la presse écrite :

 

"Le 13/07/2010

 

[Le cadavre d'un militaire de 25 ans, originaire de la région rouennaise, a été retrouvé hier après-midi à "600 mètres en aval" de la collision entre deux embarcations qui avait eu lieu jeudi sur la rivière Tampok (sud-ouest guyanais), a-t-on appris auprès des forces armées de Guyane.

 

 

 

P Maroni038

 


 

Le militaire, du 1er Régiment d'infanterie de Sarrebourg, était venu cette année en renfort en Guyane dans le cadre de l'opération Harpie de lutte renforcée contre l'orpaillage clandestin. Il était porté disparu depuis jeudi soir vers 22h30 locales suite à la collision d'une pirogue de l'armée avec une autre embarcation, pour l'heure introuvable. La justice soupçonne cette seconde embarcation d'avoir éperonné volontairement la pirogue militaire.

 

 

 

P Maroni039

 


 

 

La justice soupçonne l'autre pirogue d'être un convoi de matériel pour les sites aurifères clandestins, nombreux dans cette zone."

 

 

 

P Maroni040

 


 

Vendredi, le procureur de la République de Cayenne, François Schneider avait annoncé avoir ouvert une "enquête de flagrant délit criminel pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique". Selon, le procureur de la République de Cayenne, "l'hypothèse de l'accident n'est pas exclue mais l'hypothèse privilégiée c'est l'abordage volontaire de la pirogue des militaires."]

 

 

 

 P Maroni041

 

 

 

 

De ceci, aucune information à la télé. Il est vrai que ce militaire n'est pas mort en Afghanistan.

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

:0010: Liliflore :0091: 22/07/2010 19:15


comme toujours c'est une belle découverte que je fais en ta compagnie,c'est une véritable autoroute que ce fleuve avec certainement moins de pollution que sur nos autoroutes. Bonne soirée avec des
big bisous ♥


Urban 21/07/2010 19:10


Le Maroni c'est leur autoroute et je suis impressionné par la longueur des pirogues , surtout celle pour embarquer les enfants ;)
Bonne fin de semaine JY.


Laet16 20/07/2010 15:23


De belles images.....
Une pensée pour ce jeune militaire.
Merci pour vos encouragements dans notre installation.


bellamy 20/07/2010 14:28


du fait des photo jolie !
bisous
jojo


patriarch 20/07/2010 06:40


Merci pour le tout, texte et photos. On fait de belles découvertes chez toi. Belle journée !