Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Saint-Laurent-du-Maroni (2) : le Camp de la Transportation

Jean Yves

Entre 1852 et 1953, environ 70 000 condamnés seront passés dans les camps implantés sur le territoire du département. Partis de Saint-Martin-de-Ré, ils embarquent sur le "La Martinière" et arrivent à Saint-Laurent-du-Maroni après 14 jours de mer. Toute la population de la ville assistait au débarquement des bagnards qui se dirigeaient, dès leur arrivée, vers le Camp de la Transportation.

 

 

En regardant ces cases alignées, on ne peut s'empêcher de penser aux films sur les camps de déportation de la seconde guerre mondiale.

 

 

 

 

008StLaurentBagne

 

 

 


 

 

Les passages en italique sont extraits du livre : "La guillotine sèche, histoire du bagne de Cayenne" de Jean Claude Michelot, éditions Fayard.

 

 

 

 

 

 

001StLaurentbagne

 

 

le Camp de la Transportation vu du fleuve


 

Dès leur arrivée, ils étaient divisés en 2 groupes : les transportés (suite à une condamnation de la Cour d'Assises) et les relégués. Les rélégués (des récidivistes ayant déjà purgé leur peine de prison en France. La relégation était une peine subsidiaire destinée à purger la France des vagabonds et des voyous récidivistes) étaient conduits directement au camp de Saint-Jean-du-Maroni à quelques km plus à l'Ouest de Saint-Laurent.

 

 

 

 

002StLaurentBagne

 

 

 

 

 

 

 

 

003FrancisLagrange

 

 

tableau de Francis Lagrange : l'arrivée des bagnards

 

 

 

 

 

 

 

 

004StLaurentBagne

 

 


 

Après quelques centaines de mètres, la colonne de transportés, de 200 à 300 hommes, arrivait devant la porte du pénitencier surmontée d'une inscription : Camp de la Transportation.

 

 

 

 

 

 

005StLaurentBagne

 


 

 

 

La colonne passait ensuite, en foulant l'allée rectiligne de sable blanc, entre les deux rangées de six cases sans étage. Chacune pouvait contenir une soixantaine de prisonniers.

 

 

 

 

 

006FrancisLagrange

 

Tableau de Francis Lagrange : l'entrée au Camp

 

 

 

 

Les conditions de logement ont été décrites par le Dr Rousseau qui eut l'occasion pendant deux ans de les observer quotidiennement :

"Les condamnés à la peine de travaux forcés sont logés dans de longs bâtiments ne comportant qu'un rez-de-chaussée, qu'on désigne sous le nom de "cases". Ces cases sont au niveau du sol ou à peine surélevées. Leur plancher est un bétonnage. Pas de plafond. La toiture est faite de tôle ondulée ou plus souvent de bardots. Il n'y a jamais qu'une porte, quelle que soit la longueur du bâtiment. Les fenêtres, garnies de barreaux, ne laissent rien voir.

 

 

 

 

 

007StLaurentBagne

 

 

 


 

Jusqu'en 1928, un plan incliné bétonné recouvert de planches juxtaposées ou " bat-flanc " allait d'un bout de la case à l'autre. Les hommes couchaient tous ensemble, alignés sur ce lit commun, quelquefois très encombré, toujours sale, parce que commun, et où chaque individu avait tout juste cinquante centimètres de largeur à sa disposition (…) Depuis le mois de septembre 1928, ils ont chacun leur hamac.

 

 

 

 

 

 

009StLaurentBagne

 

 

La cuisine du Camp

 

 

Au bout de chaque case, sont les cabinets d'aisance avec les tinettes. Ces cabinets s'ouvrent sur la salle commune, l'air des cases est toujours empuanti. Les hommes n'ont à leur disposition aucun moyen de détersion. Une baille d'eau est mise dans la case et, quand ils vont aux cabinets, ils y plongent une vieille boîte de conserve que chacun a pour cet usage. Or, cette baille est la baille d'eau potable, dans laquelle ils plongent aussi leurs quarts. On se doute de ce que peut être cette eau quand cinquante individus y ont plongé leurs quarts et la boîte qui les accompagne aux cabinets.

 

 

 

 

 

 

010StLaurentBagne

 

Le lavoir

 

 

 

Ces cases ne sont jamais nettoyées. Le lavage des cases est cependant prévu, mais il est laissé à l'initiative d'un condamné, gardien de case. Celui‑ci, par les journées les plus pluvieuses de l'hivernage, lave à grande eau sur le plancher qui, pendant six mois de saison sèche, n'est jamais lavé. Des années se succèdent sans que les cases soient blanchies à la chaux. Les punaises s'allient aux moustiques et le condamné passe de longues heures d'insomnie dans ce lieu surchauffé, saturé, empesté par le tabac, les lumignons fumigineux et l'odeur alcaline des tinettes."

 

 

 

 

 

011StLaurentBagne

 

 

 

 


 

Percée dans le mur d'enceinte (un mur de pierres peintes en blanc, haut de 5 m), une porte de fer, dont le surveillant de ronde possédait seul la clé, permettait de communiquer avec le quartier disciplinaire.

 

 

 

 

 

 

012StLaurentBagne

 

 


 

 

A l'intérieur du quartier, quatre cases collectives appelées «blockhaus». Deux bat-flancs couraient le long des murs. C'étaient les salles de police où venaient dormir les bagnards condamnés pour de petits manquements aux règlements.

 

 

 

 

013StLaurentbagne

 

 

 


 

 

Ils y étaient enfermés sans lumière de 18 h le soir à 6 h du matin. Allongés sur des bat-flancs en ciment, les pieds enchaînés à la barre de justice. Ils ne pouvaient se lever la nuit même pour aller aux toilettes, malades ou non. Vous pouvez imaginer l'état de saleté de ces bat-flancs au matin.

 

 

 

 

 

014StLaurentBagne

 

 


 

 

Au fond, les toilettes, appelées aussi "la chambre d'amour", je vous laisse deviner pour quelles raisons.

 

 

 

 

 

015StLaurentBagne

 

 


 

 

 

Mais certains arrivaient quand même à se libérer de leurs fers :

 

 

Charles Péan, enseigne dans l'Armée du salut :

«Personne ne peut s'imaginer les drames qui se passent la nuit, entre ces malheureux ; mais au matin, lorsque les surveillants, qui ne surveillent que pendant la journée, viennent ouvrir les portes cadenassées, il leur arrive souvent de trouver un cadavre avec un couteau entre les épaules ou le ventre ouvert. Presque toujours, c'est un jeune bagnard, nouvellement arrivé, qui a refusé de céder... »

 

 

 

 

 

 

016francisLagrange


 Tableau de Francis Lagrange : règlement de compte

 

 

De part et d'autre de la cour intérieure, se trouvaient les rangées de cellules de 2 m de longueur sur 1,80 m de largeur. Le plafond, voûté, était très haut. Entre ce plafond et le toit, un espace de 80 cm permettait une aération et diminuait légèrement la température des cellules.

 

 

 

 

017StLaurentBagne

 

 

 

 

 


 

 

 

018StLaurentBagne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

019StLaurentBagne

 

maison des surveillants

 

 

Les portes, épaisses de 8 cm, étaient en bois plein, surmontées d'un soupirail muni de barreaux, qui donnait un peu d'air et de lumière. Un bat-flanc fixe occupait presque la moitié de l'espace. Pour tempérer les ardeurs du soleil, des cloîtres avaient été aménagés devant les deux rangées de cellules. Intérieur et extérieur de celles-ci étaient peints en blanc. Le sable de la cour était de même couleur. Cela occasionnait une réverbération importante qui blessait les yeux.

 

 

 

 

020StLaurentBagne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

021StLaurentBagne

 

 

 

 


Sur les murs des cellules, subsistent encore certaines inscriptions comme ci-dessous où l'on peut lire "Papillon" :

 

 

 

023StLaurentBagne

 

 

 


 

 

Ou encore "adieu maman", écrit par un condamné à mort :

 

 

 

 

 

 

022StLaurentBagne

 


 

 

Au fond de la cour, la maison où était conduit le condamné à mort avant son exécution. Il avait le droit à bon repas sortant de l'ordinaire, accompagné d'un litre de vin rouge et d'un paquet de cigarettes.

 

 

 

 

 

 

024StLaurentBagne

 

 


 

 

Devant cette maison, on aperçoit le socle en ciment où s'élevait la guillotine.

 

 

 

 

 

025StLaurentBagne

 

 

 


 

 

Des maladies frappent la population pénitentiaire :

 

La lèpre, introduite il y a deux ou trois cents ans par les esclaves venus de la côte d'Afrique, s'implanta dans le pays pour ne plus le quitter…

«Comme le milieu pénal est assez fermé, la lèpre n'y apparut qu'assez tard, mais quand elle s'y installa elle ne fit que s'étendre. Les deux premiers condamnés lépreux furent signalés en 1883. En 1915, il y en avait 73, et depuis, malgré les morts et les évasions, ce nombre se maintint si bien qu'un médecin a pu dire, avec raison, que la France avait réalisé par la transportation de ses condamnés la plus vaste et la plus irréprochable des expériences sur la contagiosité de la lèpre.

 

Les condamnés lépreux sont isolés dans un îlot du Maroni : l'île Saint-Louis...

 

 

 

 

 

SaintLouis001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SaintLouis002

 

 

 

 

 


 

... Comme ils n'y sont ni traités ni surveillés et qu'ils ont mille commodités pour s'évader, ils partent pour ne plus revenir. Seuls, ceux qui ont des mutilations trop apparentes ou le faciès trop léonin restent dans l'île.»

 

 

 

 

 

 

 

SaintLouis003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SaintLouis004

 


 

 


Pour les ravitailler et leur donner quelques médicaments, une pirogue abordait l'île sur cette plage. Les ballots de vivre étaient lancés sur le sable, et les bagnards devaient attendre le départ de la pirogue avant de venir les récupérer.

 

 

 


 

 

SaintLouis005

 

 


 

 

Le 17 juin 1938, un décret-loi met fin au bagne. En 1946 ce dernier est définitivement fermé, et c’est en août 1953 que les 132 derniers condamnés quittent cette terre de la grande punition.

 

 

La statue "La Peine du Bagnard" de Bertrand Piéchaud (né à Bordeaux en 1941) se dresse là où débarquaient les condamnés en provenance de Saint-Martin-de-Ré.

 

 

 

 

 

LaPeineDuBagnard

 

 

 


 

 

A la fermeture du Bagne, le Camp de la Transportation, parfaitement entretenu jusqu'alors par les forçats, est progressivement abandonné. D'abord pillé pour récupérer les matériaux, les bâtiments sont vendus puis envahis par la végétation luxuriante.

 

Entièrement acheté par la commune de Saint-Laurent du Maroni et nettoyé par l'armée en 1990, l'ensemble a retrouvé sa composition. Certaines constructions ont été classées parmi les monuments historiques dès 1987. La totalité du Camp de la Transportation est enfin classée en 1994.

 

 

 

 


 

026StLaurentbagne

 

 

 

 


 

 

Commentaires

Durgalola 10/06/2010 21:27


c'est un peu dur en lisant ton texte, de se rendre compte de la vie difficile de ces prisonniers, vie qui ne peut engendrer que la violence ...
bonne soirée


Soledad 05/06/2010 16:27


Le soleil ne faillit pas, moi non plus, je me contente d’apprécier
Et du bout de ma terrasse de venir te saluer…
Je ne dirai pas que c'est pire que les camps de concentrations, mais en tous les cas, ce ne devait pas être beaucoup mieux. C'est triste de voir ce genres d'endroits et encore plus de devoir en
faire des lieux de mémoires... Mais il faut que cela serve de leçon pour ne plus que ça recommence... Encore merci pour le voyage et la visite très instructive. Bisous


les petits bretons 03/06/2010 12:12


Bonjour J-Y,
Et bien, voici là un autre reportage très intéressant.
Au final, on se rend compte qu'il y avait beaucoup de bagne dans cette région du monde. Rien de plus normal quand on connaît l'environnement.. Les évadés n'auraient pas pu vivre mieux en dehors de
ces grilles.
Quelle tristesse !


Urban 02/06/2010 19:56


Le récit et tes photos laissent imaginer l'inhumanité des conditions que subissaient les voyous,vagabonds et autres prisonniers envoyés au bagne :O
Bonne soirée JY
@++


patriarch 31/05/2010 14:53


c'était d'un barbarie inouïe !!!

belle description merci !!