Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Il était une fois, le Cambodge

Jean Yves

Le nom de l'Indochine a bien souvent résonné en France surtout lors de la première guerre coloniale menée par la France et qui s'est terminée par la chute de Dien Bien Phu (http://0z.fr/ipdS2). On savait que cette colonie était constituée de trois pays : le Vietnam, le Laos et le Cambodge. On pouvait penser que ces trois pays étaient tous semblables.

 

 

 

CarteIndochine01

 

 

 

Mais l'Indo-Chine est surtout le confluent (ou la confrontation) de deux civilisations : celle de la Chine d'abord, qui a fortement sinisé le Vietnam, et celle de l'Inde ensuite qui a fortement influencé le Cambodge. Et nous nous retrouvons avec deux peuples que beaucoup de choses opposent, jusqu'à en faire des ennemis héréditaires comme le montre le dernier conflit en date (1978/1999) entre ces deux pays.

 

 

 

TonleSap028

 

 

 

En des temps très anciens, les Naga, serpents mythiques, étaient les seuls habitants du territoire khmer. Le Cambodge s'appelait alors Kok Thlok ou "la terre avec un arbre" car seule une montagne sacrée surmontée d'un arbre émergeait de l'eau.

 

 

 

TonleSap029

 

 

 

La légende raconte qu'un beau jour, un brahmane du nom de kaundinya (d'autres légendes parlent d'un prince hindou du nom de Preah Tong) fut chassé par son père. Il parvint à l'île de Kok Thlok où il tomba amoureux de Soma, une femelle serpent issue de la dynastie lunaire. Le roi des Naga accorda la main de sa fille au prince. Il avala d'un trait l'eau en contrebas de sa montagne sacrée et offrit le nouveau territoire au jeune couple : le Royaume du Cambodge était né.

 

 

 

TonleSap030

 

 

 

Le Naga est un serpent mythique. Ce serpent a plusieurs têtes disposées en éventail, toujours en nombre impair compris entre 3 et 9. Le Naga est le symbole de l'eau et donc de la fertilité. Il descend de la dynastie lunaire. On dit qu'il vit aussi bien dans l'océan que sous la terre et fait donc le lien entre l'eau et la terre.

 

 

 

TonleSap031

 

 

 

Considéré comme le premier occupant du Cambodge, il est souvent représenté protégeant Bouddha en méditation.

Un jour, alors que Bouddha était en méditation entre les racines d'un arbre immense, une violente averse le surprit. Un naga surgit alors au-dessous de lui, s'enroula de trois (ou cinq, ou sept) anneaux pour le protéger de la terre détrempée, et déploya son capuchon au-dessus de sa tête pour l'abriter de la pluie.

 

 

 

TonleSap032

 

 

 

Dès le premier siècle, les ethnies indonésiennes qui occupaient la plaine du Mékong inférieur semblent avoir subi l'influence indienne des marins et des commerçants venus des rives du golfe du Bengale, attirés par les épices et les autres produits rares de l'Asie du Sud-Est. Ces "envahisseurs", venus avec leurs brahmanes, répandirent ainsi leur civilisation. Ils enseignèrent leurs religions, la langue sacrée (le sanskrit) et l'art qui exprimait leur organisation sociale. Le Founan était né. Son peuple, encore essentiellement «indonésien» et installé au bord de la mer, vivait avant tout de celle-ci. Ouvert, cosmopolite, il accueillait toutes les influences.

 

 

 

CarteFunan

 

 


 

 

TonleSap032 2

 

 

 

Il sut mener à bien la construction de canaux de drainage et transformer les marais du delta du Mékong en terres cultivables. Le Founan était devenue une puissance commerciale et navale. La capitale se situait près du port de Oc-Eo, l'actuelle ville vietnamienne de Ha Tien (proche de la frontière cambodgienne).

Le Founan resta l'une des grandes puissances de l'Asie du Sud-Est jusqu'au milieu du 5ème siècle : ses relations commerciales allaient aussi bien vers la Chine que vers l'Inde ou le Moyen Orient.

 

 

 

Tonlesap033

 

 

 

 


 

TonleSap034

 

 

 

Au Founan, tout laisse à penser que si les classes dirigeantes avaient adopté les religions et cultures de l'Inde (y compris le bouddhisme), les masses restaient attachées à l'animisme primitif, au culte des ancêtres et des esprits. Mais les différentes religions finirent par se mélanger.

 

 

 

TonleSap035

 

 

 

Temple Khmer du VIIème siècle dans la presqu'île de Kompong Preah, sur le Tonlé Sap.

 

 

 

TonleSap036

 

 

 

Au 6ème siècle, le Funan disparaît des annales chinoises et un nouveau nom apparaît : celui du Tchen-La, nom que les Chinois vont désormais utiliser pour désigner le Cambodge.

À partir du milieu du VIe siècle, les rois du Tchen-La vont peu à peu conquérir et assujettir le Founan.

 

 

 

TonleSap037

 

 

 

 


 

Tonlesap037 2

 

 

 

Le berceau du Tchen-La paraît avoir été dans la région de Vat Phu (Laos méridional) et le long de la Sé-Mun. C'est alors qu'apparaissent, au Vlle siècle, les plus anciennes inscriptions sur pierre rédigées partiellement en khmer, et non plus seulement en sanskrit. Au VIIème siècle, sa première capitale identifiable est Sambor Prei Kuk (à peu près au centre du Cambodge actuel) construite par Isanavarmam (615/637 après JC).

 

 

 

Carte Tchen La

 

 

 

 

 


Tonlesap037 3

 

 

 

Ce pays, le Tchen-La, existait dès la fin du VIe siècle. Peuplé en majorité de Khmers, peuple de même souche qui, parvenu plus tardivement en Indochine, s'était établi au nord du Founan, sur la rive droite du Mékong. Enfermé dans les terres hautes du bassin du Mékong et ignorant tout de la mer, cultivateurs, mais aussi volontiers guerriers, les hommes du Tchen-La seront prompts, par la conquête et le pillage, à trouver un remède à leur pauvreté.

 

 

 

Tonlesap038

 

 

 

 


 

Tonlesap038 2

 

 

 

Plus tard, et comme pour les origines du Founan, on forgera une légende qui placera au Tchen-La le berceau de la race mythique des Kambuja, dont les Khmers, finalement, tireront leur nom et celui de leur pays, le Cambodge.

 

 

 

TonleSap039

 

 

 

 


 

Tonlesap039 2

 

 

 

Au début du VIIIe siècle, le Tchen-La éclata en deux États rivaux, le Tchen-La de Terre, au nord (sensiblement au Sud de l'actuel Laos) et le Tchen-La d'Eau, résurgence de l'ancien Founan. Celui-ci fut le théâtre de longues disputes entre féodaux et se morcela vers le milieu du VIIIe siècle en principautés rivales. Affaibli, il eut alors à subir de puissantes incursions malaises.

 

 

 

TonleSap040

 

 


 

 

TonleSap040 2

 

 

Il semble que, pendant plusieurs années, le Tchen-La d'Eau ait été vassalisé par les Malais et que ses princes aient été «éduqués» ou tenus en captivité à Java.

Un de ces princes, revenu au Cambodge vers l'an 800 après avoir reçu une éducation à Java, réussit à rallier les principautés khmères et à secouer le joug des Malais.

 

 

 

TonleSap041

 

 

 

 


 

Tonlesap041 2

 

 

 

Il se fit sacrer, en 802 "souverain universel", sous le nom de Jayavarman II, sur le Phnom Kulên, qui est une colline située au Nord-Est, proche du site de la future Angkor, et un haut lieu qui s'appelait alors Mahendraparvata, "la montagne du grand Indra", (Indra étant, en théologie indienne, le roi des dieux). Jayavarman II fit accomplir par un brahmane un rituel pour que le pays des Kambudja (le Cambodge) ne fût plus dépendant de Java. Il inaugura ensuite le culte du "Dieu Roi" autour duquel se définira désormais la monarchie Khmère et devint ainsi le roi des rois sur terre, le Devaraja.

 

 

 

 Tonlesap042

 

 

 

 


 

Tonlesap043

 

 

 


 

Tonlesap044

 

 

 

 

Alors que chez nous en l'an 800, Charlemagne se faisait couronner empereur, l'histoire de l'Empire Khmer commençait.

 

 

 

Tonlesap045

 

 

 


 

Tonlesap046

 

 

Les photos sont prises dans les villages de pêcheurs de Kam Pong Phlok, et de Chong Khneas, dans le Nord-Est du lac Tonle Sap ; dans le village de Chhnock Tru dans le Sud du lac du côté de la ville de Kampong Chhnang (cf carte article précédent).

 

 

 

TonleSap047

 

 

 


 

Tonlesap048

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

monique 27/02/2013 11:27

de très belles photos ! je n'arrive pas à trouver sur les cartes le temple de Kompong Preah. L'accès n'en a pas été facile : les bateaux se sont perdus dans les herbes mais le temple était superbe

Urban 26/01/2011 20:51


Tes photos sont toujours très belles et je voyage un peu sans bouger de chez moi ;)
Bonne soirée JY


patriarch 25/01/2011 10:46


j'ai mon ami d'enfance qui y est allé avec son gendre cambodgien. Il a aimé...