Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Un temple Khmer : Beng Mealea

Jean Yves

"Voici où furent des palais, voici où vécurent des rois prodigieusement fastueux, de qui l'on ne sait plus rien, qui ont passé à l'oubli sans laisser même un nom gravé sur une pierre ou dans une mémoire. Ce sont des constructions humaines, ces hauts rochers qui, maintenant, font corps avec la forêt et que des milliers de racines enveloppent, étreignent comme des pieuvres." (Pierre Loti 1913, "le pèlerin d'Angkor").

 

 

BengMealea01

 

 

 


 

BengMealea02

 

 

 


 

BengMealea03

 

 

 

Edifié au XIIe siècle sous le règne de Suryavarman II (1113 – 1150 env), découvert dans les années 1920, en partie dégagé de la végétation en 1957, abandonné à la jungle pendant la guerre avec les khmers rouges qui occupaient le site jusqu'en 1999, son accès a été retardé à cause des routes impraticables. De plus, il a fallu sécuriser l'endroit, la région étant couverte de mines anti personnel laissées par les khmers rouges.

 

 

 

BengMealea04

 

 

 


 

BengMealea05

 

 

 

Beng Mealea est situé à environ 2h de route au Nord d'Angkor. Un peu débarrassé des lianes et des arbres qui en obstruaient les entrées, on peut le visiter depuis peu. D'une superficie d'un hectare, il est contemporain du temple d'Angkor-Vat (1113/1150). On pense généralement que ce temple fut la maquette grandeur nature qui permit ensuite la construction de ce dernier. Ses pierres proviennent d'une carrière, toujours existante, située à 2 km de là. Les énormes blocs furent transportés par la rivière sur des radeaux de bambous jusqu'à son emplacement. Ci-dessous, la carrière :

 

 

 

Carriere01

 

 

 

Les pierres extraites de nos jours, selon la méthode employée à l'époque khmère, sont destinées à la restauration des temples.

 


 

Carriere02

 

 

 

Les pieux sont rougis au feu avant utilisation :

 

 

 

Carriere03

 

 


 

 

Carrière04

 

 

 

En grande partie effondré, Beng Mealea est habillé de végétation, lianes, racines, arbres, qui ont remodelé ses formes. On peut circuler dans certaines parties grâce à des passerelles jetées au-dessus des ruines.

Une passerelle en bois permet d'accéder au centre de l'édifice. Elle fut édifiée en 2004 pour le tournage du film "Les deux frères" de Jean Jacques Annaud, qui met en vedette deux tigres de l'Indochine Française dans les années 1930.

 

 

 

BengMealea06

 

 

 

 


BengMealea07

 

 

 

En italique, ci-dessous, extraits du livre de Roland Dorgelès (*), "la Route Mandarine" (1925) :

 

 

"Les arbres comme les bêtes ont appris à combattre. Le banian, aux racines aériennes, ne renverse pas les ruines, il les enveloppe, les étreint tandis que le fromager, plus brutal, fait éclater les murs, par une lente poussée de son tronc grandissant.

 

 

 

BengMealea08

 

 

 

 


BengMealea09

 

 

 

 

Des arbres ont poussé, jusque sur les corniches et leurs racines surgissent, entre les pierres disjointes, ainsi que des serpents. Impossible de suivre ces galeries dont les murs ouvragés sont restés debout : les toitures se sont abattues sur les statues, les stèles qu'elles ont brisées et c'est un empierrement chaotique dont les hautes fougères cachent les pièges. Quelles bêtes venimeuses peuvent grouiller dans ces trous ?

 

 

 

BengMealea010

 

 

 


 

BengMealea011

 

 

 

Des plantes aux feuilles tranchantes, comme des sabres verts, ont grandi sur le vieux temple, colonnes trapues d'où retombent en cascade des herbes, des ronces, des lianes, des grappes de fleurs sauvages. On enjambe des pans de murs, on contourne des tours à gradins, on revient, sur ses pas, on s'égare... Jamais de soleil. L'air est humide des vapeurs de la terre et des tiges gonflées. Sous la mousse, les pierres sculptées moisissent."

 

 

BengMealea012

 

 

 


 

BengMealea013

 

 

 

La douve qui entourait le temple, longue de 1,2 Km et large de 900 m, est presque entièrement asséchée. Il ne subsiste que cet étang.

 

 

 

Douve01

 

 

 


 

Douve02

 

 

(*) Roland Lecavelé, dit Roland Dorgelès, né le 15 juin 1885 à Amiens et mort le 18 mars 1973 à Paris, est surtout célèbre pour son roman publié en 1919 "Les Croix de bois", inspiré de son expérience de la guerre. Après son voyage en Indochine, il écrit, en 1925, "La Route Mandarine".

 

Commentaires

Durgalola 20/03/2011 21:10


j'espère que tu as encore de nombreuses photos à nous montrer.
bonne soirée


Urban 15/03/2011 18:53


Je suis toujours fasciné par la végétation qui pousse dans ces temples comme si les racines voulaient effacer toutes traces de civilisations ;) un bon reportage JY
Bonne soirée >:o)


patriarch 15/03/2011 08:24


C'est fou ce que la nature reprend vite sa place, lors de l'abandon d'un lieu.

Belle journée.


Andrée 14/03/2011 20:56


impressionnant de voir des constructions, en dur, être engloutie par la nature ... un endroit magique à visiter certainement.
bonne soirée