Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Le joyau d'Angkor : le temple de Banteay Srei

Jean Yves

C'est peut-être le temple le plus raffiné de tous les temples d'Angkor. Construit en briques et en grès rose, c'est l'un des plus décorés.

Plusieurs pavillons, dont les façades sont finement sculptées d'une multitude de motifs fleuris et de scènes de la mythologie hindoue, sont très bien conservés.

C'est aussi le temple à l'origine de l'aventure d'André Malraux. Les statues qu'il avait dérobées ont été remises à leur place.

 

 

 

Banteay SreiStatue1

 

 

 

Les oies sacrées (Hamsa) qui soutiennent la niche suggèrent que le temple est un palais volant se déplaçant dans les cieux :

 

 

 

BanteaySrei Statue2

 

 

 

L'entrée située à l'extrême Est était peut-être le gopura (c'est-à-dire l'entrée) de la 4e enceinte, probablement en bois, aujourd'hui disparue. La porte d'entrée est flanquée de colonnettes baguées à facettes.

 

 

 

Banteay Srei01

 

 

 

Le tympan du fronton triangulaire est décoré d'une représentation d'Indra sur un éléphant tricéphale.

 

 

 

Banteay Srei02

 

 

 


Au delà cette porte, une voie dallée passant entre deux files de petits piliers mène au gopura de la troisième enceinte.

 

 


 

Banteay Srei03

 

 

 

Avec le gopura Est de la 3e enceinte (ci-dessous),

 

 

 

Banteay Srei04

 

 

 

commence le Temple lui-même, entouré de douves. Son mur forme un grand quadrilatère de 95 m de large sur 110 m de long, d'une hauteur moyenne de 2,20 m.

Ci-dessous la maquette du temple :

 

 


 

Banteay Srei05

 

 

 

 


Banteay Srei06

 

 

 


 

Banteay Srei07

 

 


 

Une allée, traversant les douves, mène au gopura de la deuxième enceinte en forme de quadrilatère de 38 m de large sur 42 m de long.

 

 

 

Banteay Srei08

 

 

 

 


Banteay Srei09

 

 

 

L'intérieur de cette deuxième enceinte forme une cour périphérique de 9 mètres sur 7 entourant le mur de la première et dernière enceinte. Là, un dernier gopura permet d'accéder au centre du temple où l'on débouche sur une deuxième cour intérieure occupée par plusieurs bâtiments : les «bibliothèques», le sanctuaire central et les sanctuaires annexes.

 

 

 

Banteay Srei010

 

 

 

 


 

Banteay Srei011

 

 


 

Le sanctuaire central, dédié à Shiva en tant que "Seigneur suprême des trois mondes", comprend trois tours (prasat) disposées de front sur une seule terrasse pourvue de six volées de marches.

 

 


 

Banteay Srei012

 

 

 

 


 

Banteay Srei013

 

 


 

Un des prasat surmonté d'une représentation de la fleur de lotus :

 

 

 

Banteay Srei014

 

 


 

Les échiffres d'escaliers sont gardées par des personnages à tête fantastique et par des dieux-singes (Hanumam), les fils du Vent.

 

 

 

Banteay Srei015

 

 

 

 


 

Banteay Srei016

 

 

 

 


 

Banteay Srei017

 

 


 

Aux angles, à l'extrémité des frontons, de la gueule de deux monstres aquatiques au corps en guirlande, émerge une sorte de lion à quatre bras :

 

 

 

Banteay Srei018

 

 

 


Ce petit temple, qui date de 967, n'a pas été construit par un souverain, mais par deux brahmanes, Yajnavaraha et son frère Visnukumara qui possédaient des terres et des biens dans cette région. Ces brahmanes étaient sans doute les conseillés spirituels du souverain et aussi les précepteurs de l'héritier au trône.

 

 


 

Banteay Srei019

 

 

 


 


Banteay Srei020

 

 

 


 


Banteay Srei021

 

 


 

C'est le premier bâtiment reconstruit par anastylose (c'est-à-dire démontage et reconstruction pierre à pierre)  de 1931 à 1936 sous la direction de Henri Marchal (*). C'est un "temple plat" bâti selon l'architecture indienne. C'est sans doute pour ne pas froisser le souverain de l'époque que ce temple est de démentions modestes.

 

 


 

Banteay Srei022

 

 

 

 

 


 

Banteay Srei0023

 

 

 

 

 


 

Banteay Srei0024

 

 

 


Le nom de Bantéay Srei (la Citadelle des Femmes) lui a été attribué par les habitants du lieu, admiratifs devant les nombreuses "devata" sculptées dans les niches du temple. D'autres traduisent ce nom par "Temple Sacré".

Construit avec du grès de qualité supérieur aux teintes chaudes et rosées sensible au changement de lumière, avec ses murs couverts de sculptures, Beantey Srei est l'un des chefs-d'œuvre de l'art khmer.

 

 


 

Banteay Srei0025

 

 


 

(*) Henri Marchal (Paris, 1876 - Siem Reap (Cambodge), 1970)

 

Bachelier ès lettres et philosophie et bachelier ès lettres et mathématiques en 1895, Henri Marchal est admis à l'École des beaux-arts, section architecture. Il est nommé Inspecteur des bâtiments civils du Cambodge en 1905.

En 1910, il passe le Brevet de langue cambodgienne ; il est nommé conservateur-adjoint du musée à Phnom Penh, en tant que responsable de la nouvelle section des antiquités khmères.

 

 

 

Ci-dessous, détail du fronton de la "bibliothèque" nord [Krishna (avatar de Vishnou) tuant Kamsa (un démon)] :

 

 

Banteay Srei026

 

 

 

En 1916 Henri Marchal est détaché auprès de l'EFEO (Ecole Française d'Extrême Orient) pour assurer la direction de la Conservation d'Angkor. Il entreprend tout d'abord le débroussaillement d'Angkor Vat et des principaux monuments construits à la périphérie.

Il prend cependant conscience des limites des méthodes de consolidation utilisées jusqu'alors et, en 1930, part à Java pour étudier les principes de l'anastylose auprès du service archéologique des Indes néerlandaises.

 

 

 

Ci-dessous : Détail du fronton de la "bibliothèque" sud [Râvana (roi des démons) secouant le mont Kailâsa (mont sacré du Tibet et résidence des dieux pour les Hindous)] :

 

 

 


Banteay Srei27 

 

 

 

 

À son retour, Henri Marchal décide de les mettre en oeuvre sur le temple de Banteay Srei, récemment découvert (1931-1933). Cette restauration est unanimement saluée.

En 1947 il est rappelé comme Conservateur d'Angkor et y reste six ans. Il restaure les édifices situés le long de la chaussée ouest d'Angkor Vat.

En 1957 il prend définitivement sa retraite et décide de rester au Cambodge. Il s'installe alors à Siem Reap, où il décède à l'âge de 94 ans. Toute la population de Siem Reap suit ses funérailles.

La vie d'Henri Marchal se confond pendant près de quarante ans avec les travaux de restauration menés sur le site d'Angkor.

 

 

 

Banteay Srei28

 

 

 

 


Banteay Srei029

 

 

 


 

Commentaires

Andrée 02/03/2011 20:43


quelle beauté !!! ces ruines ont l'air encore de vivre sereinement sans autant de monde que les temples égyptiens.
bonne soirée


les petits bretons 02/03/2011 19:07


Bonjour,
Un temple qui est toujours aussi magnifique ! Je ne peux m'empêcher de l'imaginer en son temps où il était tant convoité.
A bientôt


Urban 01/03/2011 20:17


C'est vraiment beaux tous ces décors et motifs sur ces temples, les artisans qui faisaient ces merveilles avec du talent , de l'or dans les mains dirait-on aujourd'hui mais est-ce que leur travail
était bien récompensé ;)
Bonne fin de soirée JY .


patriarch 01/03/2011 08:28


Certaines pierres se sont un peu déplacées, mais quel beau travail de sculpteur.... Merci pour ces photos.