Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

L'Approuague (2) : Camp Athanase

Erwan

En partant de Régina, après une navigation d'environ une heure trente, on arrive en vue du Campement Athanase. Plusieurs "carbets bungalows" avec vue sur le fleuve, vous accueillent. Pas de salle d'eau "privative" : ils ne servent que pour passer une bonne nuit, bercé par les bruissements de la forêt et le chant du fleuve. Au choix, vous pourrez y dormir dans un hamac ou dans un lit. Plus loin, un carbet-dortoir où sont attachés une quinzaine de hamacs.

 

 

 

Regina004

 

 

 Régina : la rue principale

 



Un bloc sanitaire, rare en forêt, et d'une extrême propreté, est construit à l'écart des bungalows. Le tout est complété par un carbet qui fait office de salle de rencontre et d'un autre ensemble comprenant la salle à manger et la cuisine. A conseiller pour une première approche de "l'enfer vert" de la Guyane : on est encore proche de la civilisation avec électricité et eau courante. Ci-dessous, les photos du Camp accompagnées d'une légende amazonienne.

 



 

CampAthanase001


 

 

Makali et l'Anaconda

 

 

De nombreuses légendes des Indiens Wayanas mettent en scène l'anaconda, considéré comme un animal sacré, l'ancêtre de tous les hommes.

 

Une fille nommée Makali venait d'entrer dans l'âge adulte. Ses parents décidèrent de lui faire passer l'épreuve du maraké (épreuve initiatique du passage de l'enfance à l'adolescence chez les Indiens Wayanas).

‑ Cette épreuve est la plus importante de la vie d'une jeune fille Wayana, lui dit sa mère. Tu devras subir la piqûre des fourmis ilaks (fourmi flamme à la piqûre très douloureuse),  puis tu resteras enfermée pendant cinq jours sans boire ni manger.

 

 

 

 

 

CampAthanase002

 

 

 

 

Makali avait déjà assisté à l'épreuve. Elle avait lu la souffrance sur le visage de ses aînées, quand les crochets et les dards des fourmis lacèrent la peau. Elle les avait vues s'évanouir à cause des piqûres cuisantes. Elle se souvenait d'Akaïwaïpin, qui ne s'était réveillée qu'après quatre jours de fièvre...

Malgré cela, elle avait hâte que le jour du maraké arrive, à cause des danses, des fêtes, des jeux et des cérémonies qui l'accompagnaient.

 

 

 

 

CampAthanase003

 

 

 

 

 

La veille de l'épreuve, sa mère lui coupa les cheveux. Le village dansa toute la nuit. Makali eut un sommeil agité. Dans ses rêves, un gigantesque anaconda entrait sous son carbet et se glissait dans son hamac. Ce cauchemar se répéta trois fois dans la nuit, la réveillant en sursaut.

À l'aube, son grand-père entonna un chant kalau :

‑ Kayayamanané !

 

 

 

 

CampAthanase004

 

 Le carbet "dortoir"

 

 

Makali frissonna, l'épreuve allait commencer. Elle se dirigea vers la place de la cérémonie. Sa grand-mère lui enleva ses colliers de perles et de dents. Elle l'encouragea d'une parole gentille. Puis le chef du village appliqua contre sa peau la veste kunana dans les mailles de laquelle se trouvait emprisonnée une cinquantaine de fourmis ilaks.

La douleur immédiate fut insupportable, mais Malaki ne broncha pas.

Le soir même, la jeune fille s'isola dans son carbet, où elle devait rester cinq jours sans boire ni manger.

 

 

 

 

 

CampAthanase005

 

Carbets individuels. Au fond, salle à manger et cuisine.

 

 

 

Vers le milieu de la nuit, une ombre gigantesque se faufila sous le toit de palmes. Une voix douce la réveilla :

‑ Qui es-tu ? demanda Malaki effrayée.

‑ N'aie pas peur, Malaki. Je viens du village voisin et je vais te réconforter.

Dans la pénombre, Malaki entrevit un garçon d'une très grande beauté. De toute sa personne rayonnait un charme sans pareil. Elle posa la main sur son cœur pour en contenir l'affolement.

‑ Je peux rester avec toi ? lui demanda le garçon.

 

 

Ils passèrent donc la nuit ensemble.

 

 

 

 

 

CampAthanase006

 

 

 Le carbet "bar-salle de réunion"

 


 

À l'aube, le père de Malaki s'approcha du carbet de sa fille. Il lui demanda :

‑ J'ai entendu des voix, cette nuit. Tu n'étais pas seule, sous ton carbet ?

‑ Tu te trompes, j'étais bien seule, lui rétorqua Malaki d'une voix tremblante.

‑ Tu en es sûre ? Insista son père.

‑ Tu as peut-être entendu le bruit des tatous qui grattent la terre près de la rivière.

Le père tourna les talons, mais il n'était pas dupe !

 

 

 

 

CampAthanase007

 

 

 

 

La nuit suivante, Malaki reçut de nouveau la visite du garçon.

À l'aube, ses parents se présentèrent à l'entrée de son carbet.

‑ Dis-moi avec qui tu as passé la nuit, se fâcha son père.

Makali ne put mentir plus longtemps :

‑ C'est un garçon du village voisin...

‑ Comment s'appelle-t-il ? lui demanda sa mère.

‑ Il ne m'a pas dit son nom.

 

 

 

CampAthanase008

 

Le bloc sanitaires

 

 

 


Au coucher du soleil, voulant en apprendre plus long sur ce garçon effronté, les parents de Makali s'installèrent près du carbet de leur fille.

Au milieu de la nuit, un gigantesque anaconda sortit de la forêt et se dirigea lentement vers le carbet. Sous le regard ébahi des parents, il glissa ses anneaux dans le hamac de Makali.

 

 

 

 

CampAthanase009

 

 

 Carbet individuel au bord du fleuve

 

 


Le père de la jeune fille comprit aussitôt ce qui s'était passé. L'anaconda possède la magie, et pour tromper leur fille, il s'était transformé à ses yeux en un charmant jeune homme.

Le reptile prit sa voix humaine :

‑ Tes parents ne se doutent de rien ?

 

 

 

CampAthanase010

 

 

 

 

 

Makali n'eut pas le temps de lui répondre. Son père surgit, armé de son arc. Il cribla aussi sec le serpent de ses flèches.

Le ventre de Makali grossit au fil des mois. Un soir, elle donna naissance à une dizaine de petits anacondas. Puis elle mourut peu de temps après.

Craignant d'être tués par l'homme qui avait assassiné leur père, les serpenteaux s'enfoncèrent dans les eaux tumultueuses de la rivière.

On raconte que c'est depuis ce jour-là que l'homme et l'anaconda sont devenus des ennemis.

 

 

 

 

CampAthanase011

 

 

 

 

 

Yves-Marie Clément

 

L'auteur est né en 1959 à Fécamp en Normandie. Après des études universitaires à Rouen, il devient enseignant et découvre le monde en compagnie de sa femme. Après l'Europe, l'Afrique, la Chine, c'est en Guyane française qu'ils décident de poser leurs valises en 1989. Il vient de rentrer en France métropolitaine où il s'est installé à Privas, en Ardèche.

 

 


 

Ciel d'orage sur l'Amazonie :

 

CampAthanase012

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

patriarch 21/01/2010 19:48


un changement pour lui, mais Privas, c'est pas mal aussi !!


Soledad 13/01/2010 19:47


Voilà encore un beau voyage, de quoi me faire oublier l'hiver et le froid...Je te souhaite une agréable fin de journée, encore une fois froide et enneigée ce jour ici... Bisous


lespetitsbretons 13/01/2010 17:35


Bonjour J-Y,
Des paysages époustouflants et une vie vraiment opposée à nous les occidentaux !
La dernière de la série est magnifique avec ces tons verts et ce ciel soutenu et orageux.
A bientôt


Urban 12/01/2010 19:43


Il est sympa ce camp et ça doit être agréable une sieste dans le hamac ;) J'aime aussi beaucoup la couleur de ton dernier cliché et ce ciel orageux ;)
@ bientôt Erwan


bellamy 12/01/2010 12:46


Superbes photos accompagnant cette étrange histoire ....... on s'évade sur ton blog .
Merci de ta visite quim'a permit de découvrir ton monde ....enchanté .....!
Amicalement.
Jean.