Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Guyane : les Îles du Salut (1) : le Paradis

Jean Yves

Les îles du Salut sont constituées de trois îlots d'origine volcanique rattachés à la Guyane, et situés à une vingtaine de kilomètres au large de Kourou, à environ une heure de bateau.

 

 

 

 

CartIlSalut

 

 

 

 

Départ de Kourou : ci-dessous, la pointe des Roches où était situé un des bagnes à "vocation agricole", remplacé aujourd'hui par un hôtel.

 

 

 

 

 

Kourou

 

 

 

 

 

La tour ci-dessous, appelée la Tour Dreyfus, était un sémaphore permettant de correspondre en morse avec les Îles du Salut.

 

 

 

 

TourDreyffus

 

 

 

 

 

Le CNES est propriétaire de l'ensemble des trois îles, à l'exception de trois enclaves restées propriétés de l'État pour des besoins liés au fonctionnement du phare (l'entretien et la gestion de ces enclaves sont assurés par la DDE).

 



IlesDuSalut001





IlesDuSalut002

 

 

Les îles sont situées sous la trajectoire des lanceurs et représentent donc un site stratégique. Elles sont évacuées lors des lancements de la fusée.

 

 


 

IlesDuSalut003

 

 

 

 


D'abord nommées "Îles du Triangle" par les premiers explorateurs en raison de leur disposition, les îles du Salut prirent ensuite le nom d' « Îles du Diable » en raison des forts courants marins qui rendaient leur accès très périlleux.

 

 


 

 

IlesDuSalut004

 

 


 


 

 

IlesDuSalut005

 


 


 


Seules les îles Royale et Saint-Joseph sont accessibles, l'Île du Diable étant strictement interdite d'accès, notamment à cause de très forts courants. Par contre, ici, les eaux bleues et turquoise nous font davantage penser aux îles des Caraïbes.

 

 


 

Royale001 

 

 

 

 

 

 

 

 

Royale002

 


 

L'Île Royale est la plus grande avec une superficie de 28 ha.

 

La "villa" qui domine la baie des cocotiers était celle du directeur du bagne.

 

 

 

 

Royale003

 

 

 

 

Les quais de l'Île Royale avec sur la gauche les magasins et le poste de police (au temps du bagne).

 

 

 

 

Royale004

 

 

 

 

 

Dénommée "Royale" sous le règne de Louis le Quinzième, elle devient lieu de haute sécurité pendant le bagne sous la Troisième République. 

 

Maison du directeur du bagne :

 

 

 

Royale005

 

 

 

 

 

 

Royale006

 

 

 

 


Le Centre Spatial Guyanais, propriétaire de l'île, y a installé en 1968, un cinéthéodolithe, système optique de poursuite et d’observation des lanceurs, remplacé depuis 1995 par un cinétélescope. Le CSG participe également à la restauration des vestiges du bagne.

 

Les bâtiments administratifs du bagne transformés en hôtel (pour deux personnes : pension complète 235 € / jour).

 

 

 

 

Royale008

 

 

 

 

 

 

Les maisons restaurées des gardiens peuvent maintenant se louer (il faut quand même compter aux environs de 60 € la nuit).

 

 


 

Royale010

 

 

 

 

 

Royale010 2

 

 

 

 

 

Piscine des bagnards :

 

 

 

Royale011

 

 

 

 

 

 

 

Royale012

 

 

 

 


 

L'Île Saint Joseph, du nom du saint protecteur de la malheureuse expédition de Kourou, a une superficie de 20 ha. Elle fut choisie pendant la période du bagne, comme lieu de réclusion, d'asile de fous et de cimetière des surveillants. Elle devint l'île la plus redoutée des bagnards. 

 






StJoseph001







 StJoseph002

 

 


 

 

 

 


Des ruines importantes y subsistent, envahies par la végétation, ce qui donne à l'endroit une ambiance très particulière. L'île Saint Joseph abrite la seule plage des îles du Salut sur la côte Nord. Mais cette plage est très dangereuse toujours à cause de forts courants.

 

 

 

 

StJoseph003

 

 

 

 

 


 


 

 

 

StJoseph004

 


 

Un poste de la Légion étrangère y est établi.

Aucune liaison directe n'existe depuis Kourou, mais la société maritime qui assure la liaison entre Kourou et l'île Royale peut y transporter des passagers à l'aide d'un petit bateau à moteur.

 

 


 

StJoseph006

 

 

 

 

 

L'entretien des sentiers est assuré par la Légion Etrangère.

 


 

 

StJoseph007

 

 

 

 

 

 


 

 

 

StJoseph008

 

 

 

 


 

L'île du Diable est la plus petite avec 14 ha. L'île du Diable aurait été baptisée ainsi par les indiens Galibis qui ont fait de cet îlot rocheux dépourvu de végétation (à l'époque) la résidence de l'Iroucan, c'est-à-dire de l'esprit du mal.

Cette petite île rocheuse longue de 1 200 mètres et large de 400 mètres, aujourd'hui recouverte de cocotiers, a servi de bagne pour les prisonniers politiques.

 

 

 

 

IleDuDiable01

 

 

 

 

 

 

IleDDiable02

 

 

 

 

L'expédition de Kourou (1763-1765)

En 1763, la Grande-Bretagne prend possession de la Nouvelle-France en vertu du traité de Paris qui met fin à la guerre de Sept Ans (1756/1763).

Ayant perdu une très grande partie de ses terres en Amérique, le gouvernement français décide d’envoyer une grande expédition en Guyane. Choiseul, ministre de la marine, envoie en Guyane entre 9 000 à 12 000 personnes, tentées par les légendes de l’Eldorado véhiculées par la propagande du gouvernement.

 

 

 

 

 

IlesDuSalut006

 

 

 

 

 

 

Ces nouveaux arrivants débarquent à Kourou, après une longue et difficile traversée de 51 jours. Le premier convoi quitte Rochefort en octobre 1763 et arrive à Kourou le 20 décembre. Les autres le suivent peu après. Mais tous débarquent en Amazonie en pleine petite saison des pluies, aux embouchures du fleuve Kourou. Ce sera la seule tentative massive de colonisation volontaire de la Guyane.

 

 

 

StJoseph009

 

 

 

 

 

L’intendant nouvellement nommé pour l’expédition est Jean -Baptiste Thibault de Chanvalon.

Les conditions de vie étant très mauvaises, principalement à cause des marécages et de l’expédition mal préparée, on estime que les trois-quarts des colons sont décimés en peu de temps par les fièvres et autres maladies. Sur 12 000 colons, en incluant les soldats et les naissances sur la terre guyanaise, 7 000 décèdent avant le 1er octobre 1765 et de 2 à 3 000 sont rapatriés.

 

 

 

 

StJoseph0010

 

 

 

 

 

Certains se réfugient aux îles du Salut, baptisées ainsi par Jean-Baptiste Thibault de Chanvalon (ou Chanvallon) en 1763 lorsqu'il y installe des colons survivants des épidémies. Les îles, grâce aux alizés quasi-permanents, n’ont presque pas de moustiques porteurs de maladies.

Elles ont depuis cette date gardé le nom "d'Îles du Salut", mais les Anglais continuent à appeler ces trois îlots les "Devil's islands".

 

 

Ci-dessous, la Patrouille de France effectue un vol au-dessus des Îles du Salut lors d'un séjour en Guyane :





PatrouilledeFrance







StJoseph011

 

 

 

 

 

 


 

Commentaires

Florence 24/07/2010 00:01


superbe la photo de la patrouille de France qui effectue un vol !


Florence 23/07/2010 23:59


superbe les photos ! c'est un site incontournable que je compte bien visiter ! merci pour vos commentaires ! j'ai déja appris pas mal de choses !


Miss Art 10/04/2010 15:22


Waoo quel travail remarquable, images et extraits sont très bien choisis. Merci pour ces moments d'histoire bien vivants.


Urban 16/03/2010 18:29


C'est vrai qu'elles semblent paradisiaques ces îles et le directeur du bagne , on peut dire qu'il ne s'embêtait pas , une villa :)
Je trouve aussi sympa qu'on utilise la légion pour l'entretien des chemins , c'est mieux que de faire la guerre :O
Bonne soirée Erwan
@+


patriarch 15/03/2010 20:51


c'est un petit paradis !!! merci pour les photos et le topo !!!