Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Bretagne : Journée de la Femme

Jean Yves

Aujourd'hui, 8 mars 2010, Journée de la Femme. Voici un petit conte breton pour toutes les Dames de Bretagne, de France, de Navarre ou d'Ailleurs.

 

Le texte est de Pierre Jakez Hélias.

 

Les photos (sauf les deux premières) sont prises sur les lieux du "drame".

 

 

 

LA FEMME DE BI

 

 

Il y a eu un temps où le plus délicat plaisir du dimanche, pour les commères du bourg, était d'attendre l'arrivée de Bi et de sa femme dans leur char‑à‑bancs peint en vert cresson avec des filets jaunes. C'était un très beau char‑à‑bancs qui faisait ouvrir la bouche au notaire lui-même, possesseur d'une automobile de Dion. Tout l'équipage était irréprochable, depuis les deux lanternes fourbies de près jusqu'à la têtière du cheval, ornée d'un œil-de-bœuf en cuivre de chaque côté. Quant au cheval en question, sa robe était si noire et si luisante que l'héritière la plus coquette aurait pu mettre sa coiffe des grands jours en s'y mirant.

 

 


FemBi01

 

 


Et cependant, les commères ne regardaient pas le char‑à‑bancs du riche Bi. Elles ne regardaient pas Bi non plus, ce petit homme raide, à l'œil sévère, qui était si fier de sa moustache blonde. Assise à côté de lui, le dépassant d'une tête, il y avait sa femme qui s'essuyait les yeux avec un mouchoir de toile fine. Elle aurait été aussi belle à voir que le cheval sans sa coiffe légèrement de travers, ses cheveux dérangés sur la nuque, le velours froissé de ses manches et ses yeux rougis par les larmes. Les commères la détaillaient de la tête aux pieds pendant qu'elle faisait tout son possible pour leur sourire...

 

 

 

 

FemBi02

 

 

 

 

Imperturbable derrière sa moustache, Bi laissait aller son cheval au pas le plus lent. On aurait dit qu'il faisait exprès de montrer sa pauvre femme dans cet état pitoyable. Et c'était vrai. Il venait de la battre, l'instant d'avant, et il tenait à le faire savoir à tout un chacun.

 

 

 

 

FemBi03

 

 

 

 

 

Quand l'équipage était passé, se dirigeant vers l'église pour la grand'messe, les commères hochaient la tête avec un contentement secret, tout en plaignant la femme de Bi :

« La pauvre ! Elle a encore attrapé son compte ».

Les hommes faisaient semblant de ne rien voir. Ils étaient mordus de jalousie parce qu'il n'y avait pas la moitié d'un, parmi eux, qui eût été capable de domestiquer sa femme comme faisait Bi de la sienne.

 


 

FemBi04

 

 

 

Bi ne battait sa femme que lorsqu'il y avait quelques témoins présents pour aller porter la nouvelle aux populations d'alentour. L'affaire se passait toujours sur la grand-route et de la même façon :

« Venez ici, ma femme, disait Bi. Approchez, s'il vous plaît ».

Elle obéissait avec humilité. Aussitôt, son mari se mettait à la rouer de coups en criant à tue-tête :

« Marie-Louise, ne vous offensez pas si votre mari vous maltraite de la sorte. Vous savez qu'il est un homme violent et emporté ».

Et la malheureuse gémissait entre les coups :

« Faites ce qui vous plaît, Bi. Je sais que c'est pour votre bien ».

 

 

 

 

FemBi05

 

 

 

 

 

Le plus étonnant, c'est que Bi passait pour un homme affable et plutôt effacé dans les jours ordinaires, tandis que sa femme, qu'il était allé chercher dans le canton voisin, menait ses affaires de lait, de beurre et d'œufs avec beaucoup de fermeté, aux dires des marchands. C'est pourquoi les gens ne comprenaient pas comment elle se laissait martyriser par sa demi-portion de mari.

 

 

 

FemBi06

 

 

 

 

 


 

 


 

 

 

 

FemBi08

 


 

 

 

Le jeu dura plusieurs années. Il aurait pu continuer jusqu'à la mort des deux époux sans l'aventure que je vais vous conter maintenant.

 

 

 

 

 

FemBi07

 

 

 

 

Un jour, Bi et sa femme s'en furent à la foire de Pont‑Croix avec une charretée de porcelets. L'habile Marie-Louise fut chargée de les vendre au plus haut prix. Pendant ce temps, le Bi faisait le tour du quartier, la poitrine haute et le pouce à l'entournure du gilet. Ce fut sa moustache qui causa son malheur. Elle était si bellement roulée qu'il ne pouvait s'empêcher de loucher dessus des deux yeux à la fois. Et c'est ainsi qu'il vint à heurter violemment, au détour d'une rue, un maraîcher de Plouhinec dont l'histoire n'a pas retenu le nom.

 

 

 

 

 

femBi09

 

 

 

 

 

 

Bi eut beau s'excuser, l'autre crut à une provocation de la part du petit homme faraud dont l'extérieur lui déplaisait fort. Il ne voulut rien entendre, ayant la tête près du bonnet, et passa tout de suite aux menaces. Alors le riche Bi, qui sentait venir les coups, prit la fuite au galop rouge. Mais le gars de Plouhinec était déterminé à se faire les poings sur sa peau.

 

 

 

 

 

FemBi010

 

 

 

 

 

Sur le foirail, Marie-Louise avait vendu son dernier couple de porcelets quand elle vit accourir son mari, hors d'haleine, poursuivi par le maraîcher furieux. Le Bi violent et emporté en était réduit à demander aide et protection à sa femme.

« Attrapez‑le‑moi, criait le gars de Plouhinec. Je vais le mettre en trois morceaux, bien qu'il n'y ait pas assez d'étoffe en lui pour faire un homme ».

Marie-­Louise était blême de honte et de colère. Elle empoigna son seigneur et maître par le col et le jeta entre les bras du maraîcher :

« Allez‑y hardiment, glapit‑elle, et qu'il n'en reste rien ».

 

 

 

 

 

FemBi011

 

 

 

 

 

 

L'autre cracha dans ses mains et se mit à corriger Bi sans ménager sa peine. La foule du marché s'était assemblée autour d'eux. Pendant que les coups pleuvaient, Marie-Louise racontait l'imposture de Bi :

« Quand je me suis mariée avec cet homme, clamait-elle, il m'a fait croire qu'il était tellement violent et emporté qu'il risquait, à tout moment, de tuer quelqu'un si la rage s'accumulait en lui trop longtemps. Pour lui éviter ce malheur, je me laissais battre tous les dimanches en croyant le calmer aux dépens de ma peau. Et c'est seulement un poltron qui voudrait passer pour un terrible. Je vais lui faire payer ses dettes ».

 

Quand le Bi fut proprement moulu et assommé, Marie-Louise le fit jeter dans la caisse aux porcelets et le ramena chez elle.

 

 

 

 

FemBi012

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

FemBi013

 


 

 

 

Le dimanche suivant, elle vint au bourg en conduisant elle-même le char‑à‑bancs vert cresson avec des filets jaunes. Elle avait les yeux secs et sévères. Sa coiffe était bien droite, ses cheveux lisses et sa robe de velours aussi parfaite que la peau du cheval noir. A côté d'elle, le pauvre Bi n'était plus qu'un petit tas d'humilité.

 

Elle lui avait rasé sa moustache.

 

 

 

Pierre Jakez HELIAS

 

 

 

 

FemBi014

 

 

 

 

 

95 % des victimes de violence en France sont des femmes.

 

Une enquête menée en 1999 a révélé que le salaire des femmes pouvait être de 27 % inférieur à celui des hommes.

 

 

Quelques dates :

 

1984 : une femme accède pour la première fois à la présidence de la magistrature française.

 

Modifications au Code Napoléon ou Code Civil promulgué le 21 mars 1804 (30 ventôse an XII), par Napoléon Bonaparte :

 

Jusqu'en 1975 : la femme doit suivre son mari à son domicile ;

 

Jusqu'en 1975 : Les époux se doivent fidélité, mais pas au même degré :

 

 

-  la femme adultère est passible d'un emprisonnement de 3 mois à 2 ans ;

- l'homme adultère est passible d'une simple amende, et seulement s'il amène sa concubine au domicile conjugal.

 

 

Jusqu'en 1965 : elle n'a aucun droit sur l'administration des biens communs ;

 

Jusqu'en 1965 : elle ne peut disposer de ses biens personnels, ni les gérer sans l'autorisation de son époux, même en cas de séparation de corps ;

 

Jusqu'en 1965 : elle ne peut, sans autorisation de son mari, exercer une profession ;

 

Jusqu'en 1965 : elle ne peut accomplir aucun acte juridique ;

 

1944 : les femmes ont le droit de voter !

 

 

 

LaLiberteguidantLePeuple


 La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix (1831)

 

 

 

Commentaires

lespetitsbretons 13/03/2010 18:20


J'ai reconnu de belles images de Pont Croix. Un véritable petit joyau architecturale et de pierres.
A bientôt


:0010: Lili Flore :0091: 12/03/2010 23:11


Bonne fin de soirée, bon weekend sans oublier de voter dimanche puisque j'en ai le droit et le devoir avec des grosses bises


andrée 11/03/2010 21:40


merci pour ces photos (certaines petites maisons semblent bien agréables à habiter) et pour cette histoire.
qui donne à réfléchir.
Hélas souvent aujourd'hui, une femme pour réussir doit se montrer "masculine" ... je pense à mon ancien directeur, une femme qui ne voulut jamais être appelée "directrice".
bonne soirée


Soledad 11/03/2010 08:26


Belle leçon à ce garnement. Les choses n'ont pourtant pas vraiment changés, le comportement envers les femmes du monde est bien souvent loin d'être un exemple...
J'ai passé hier soir une très bonne soirée en compagnie de Florent, et c'est le coeur ensoleillé, qu'avec toi, je viens partager pour te souhaiter une agréable journée.
Bisous


Channig 11/03/2010 07:14


Voilà ... j'ai "dévoré" Pierre-Jakes Hélias...et outre l'histoire qui aurait pu (??) se passer dans nos campagnes ...j'ai reconnu des expressions bien de chez nous : "elle a attrapé son compte"
...le vouvoiement aussi et le doigt à l'entournure de son gilet (son chupenn) etc ...
Merci pour cette "revanche" !!! mais, par contre, je ne me rappelle plus des droits des hommes par rapport aux femmes...
Kénavo .