Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Nord Ouest du Vietnam : Sapa

Erwan

Sa Pa se trouve à 1 650 mètres d’altitude sur un affluent du Fleuve Rouge (Sông Hông), dans la province frontalière de Lào Cai à l’extrême nord du Vietnam. Son nom signifie "Village de Sable". Située dans le massif montagneux le plus important du Sud Est asiatique, qu'on appelait autrefois les Alpes du Tonkin, elle est entourée de sommets, dont le plus haut, le Mont Fansipan culmine à 3143 m.

 



 





Ci-dessus et dessous : la vallée de la Sông Hông avant Sapa.


 

 






 

 

Lieu auparavant isolé, il fut découvert par un missionnaire jésuite au début du XXe siècle.

Dès 1920, il y eut la mise sur pied d’un poste militaire, puis on vit s'ériger une petite agglomération autour d'un établissement sanitaire, le sanatorium militaire, dont la première construction date de 1913. Au cours de la décennie 1910, la notoriété de Sa Pa en tant que station d’altitude pour les Français de Hanoï va grandissante. Des douzaines de villas privées ou de fonctions furent édifiées durant les trois décennies qui suivirent.

 

 

 






Ci-dessus : Sapa émergeant de la brume des montagnes.

 

 

 

La station d’altitude de Sa Pa connut une fin abrupte qui se produisit juste après la période de développement la plus intense que connut le bourg au début des années 40. En effet, durant la Deuxième Guerre mondiale, l’impossibilité de rentrer dans la métropole força les colons, marchands et administrateurs français à prendre leurs vacances en Indochine, causant une demande accrue pour les séjours d’été dans toutes les stations d’altitude. Les projets de développement des infrastructures se multiplient, de nouvelles concessions sont accordées pour la construction de villas. La population s’en trouva augmentée d’autant, non seulement l’été avec les estivants plus nombreux, mais également durant le reste de l’année en raison de l’arrivée de centaines de réfugiés fuyant la révolution en Chine.

 

 



 





Hôtels dans la ville.


 






 

 

 

Le second souffle donné à la station s’interrompit brutalement et définitivement avec l'arrivée des Japonais à la suite du coup de force de mars 1945, aussitôt suivie de l'occupation des forces chinoises républicaines en 1945-46, deux épisodes violents ayant marqué la mémoire des résidents de Sa Pa. Puis vint la guerre d’indépendance en décembre 1946. Après que les civils et militaires français eurent quitté la station pour retraiter sur Hanoï fin 1946 et début 1947, les partisans nationalistes sur place, répondant à l’appel du président Ho Chí Minh, s’affairèrent de janvier à juin 1947 à détruire les infrastructures et les bâtiments coloniaux qui auraient pu servir d'abri aux troupes coloniales. Ces troupes furent de retour dès le milieu de l'année 1947, mais elles se montrèrent incapables de tenir la région en dépit du soutien armé d'une partie de la population montagnarde du district. En 1950, Sa Pa est abandonnée au Viet Mình.

 

 








La rue principale.








 

 


Un bon nombre de migrants additionnels arrivèrent ensuite à l'instigation du programme des "Nouvelles zones économiques" mis en route par le Parti Communiste pour occuper et peupler les régions frontalières tout en contribuant à soulager la pression démographique dans le delta. Ces nouveaux arrivants, pratiquement tous des Kinh, (Vietnamiens des plaines) rétablirent une relation relativement paisible avec les groupes montagnards qui, bien que surclassant les Kinh en nombre dans une proportion de neuf contre un dans ce district, jugèrent plus sage de s’en tenir à une politique de non-affrontement.

 

 







 

 





 


 

 

À Sa Pa, cette nouvelle donne eut pour conséquence la réduction notable des revenus des agriculteurs montagnards, causant le quasi-effondrement de la partie commerciale de leur économie fondée, jusque-là, sur la vente de l’opium et des produits ligneux. De manière opportune, un développement soudain de la demande touristique vint alors stimuler l'économie locale et ouvrir d'énormes possibilités.

 

 

 







 

 

En 1993, quand la haute-région fut ouverte à la circulation touristique nationale et internationale pour la première fois depuis 1947, on vit se répéter, sur une échelle et à un rythme plus grands encore, une phase de développement du commerce et des infrastructures analogue à celle de l'époque coloniale. En 2006, l'affluence touristique annuelle, qui se chiffrait à quelques dizaines de fonctionnaires du Parti avant 1992, était passée à 138 622 visiteurs, les trois-quarts sont d'origine vietnamienne. La demande en produits agricoles frais s'accroissant, des marchands et intermédiaires kinh s’emparèrent de ce segment du marché.

 

 



 


 

 

 


 

Les interactions touristiques telles qu’elles réapparaissent à Sa Pa depuis 1993 ne sont donc pas entièrement nouvelles pour les montagnards de la région. Des aînées H'mong et Dzao autour de Sa Pa se souviennent de la présence française et des bénéfices économiques liés à cette présence. Fortes de leur expérience passée, elles savent répondre à la demande touristique actuelle en artefacts «ethniques».

 










 

 

Depuis l'Indépendance en 1954, le Comité populaire de Sa Pa est en charge de la destinée de la ville et son district. Le Comité populaire est contrôlé par la minorité kinh du district, laquelle ne représente que 14 % de la population. Les montagnards, dont la majorité sont analphabètes et dont beaucoup, notamment les femmes, ne parlent pas le Vietnamien, n’ont que nominalement voix au chapitre des décisions locales par l'entremise de leurs "représentants" de l’appareil étatique, tous accrédités par le Parti. Ce Comité populaire, ainsi, dopé par le récent boom touristique et supporté par les instances provinciales et nationales, promeut un développement économique fondé sur le tourisme de masse et la croissance économique rapide.

Le rôle réservé aux montagnards dans cette équation reste largement confiné à celui d'une simple attraction colorée.

 

 

Source : Wikipédia











A suivre, photos du marché de Sapa...




Commentaires

:0091: lili Flore :0010: 09/01/2009 15:58

Toujours avec le froid polaire et la neige dans le jardin, je reviens après quelques jours d'absence te déposer des bigs en t'espérant en pleine forme. Toujours bien plaisiant de te suivre dans ton voyage. Bonne journée encore bien glaciale, malgré le soleil présent.

patriarch 08/01/2009 17:31

Elle est belle cette ville, et très propre en plus !!!