Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Audierne Polynésie Bretagne : Contes et légendes, Histoire. Minorités ethniques : Thai, H'mongs, Boni, Saramaca Civilisations disparues : Angkor (Camboge),Minoenne (Crète), Mayas et Aztèques (Mexique). Sud Maroc, Thaïlande

Le Delta du Mékong : Mytho

Erwan
Après 4 500 km, le Mékong, dès sa sortie du Cambodge, se divise en neuf bras (d'où son nom vietnamien de Cuu Long, "le fleuve des neuf dragons") et s'étend sur une immense plaine fertile, véritable grenier à riz du Vietnam. Une multitude de canaux et d'arroyos morcellent le sud de cette péninsule cochinchinoise, créant de nombreuses îles. Peuplé jusqu'au 17ème siècle par les Khmers, cette province du royaume d'Angkor, fut colonisée par les Annamites au 18ème siècle. La décision des Khmers rouges en 1979 de vouloir reconquérir cette province pour avoir un accès à la mer, fut l'une des raisons qui engendra la guerre entre le Vietnam et le Cambodge.



Pour faire les 70 Km de Saïgon à Mytho, il faut deux heures de route sur la nationale 16. C'est l'ancienne R.C. 16 (Route Coloniale) du temps de la colonisation française. Route appartenant au Vietminh la nuit et que l'armée française devait ouvrir chaque matin.
Mytho est le premier port fluvial du delta par où transitent  les cargos en route vers le Cambodge. Son nom signifie à la fois "la bonne herbe parfumée" ou "la jeune fille parfumée".

Le pemier pont sur le Mékong fut inauguré en 2000. Construit avec l'aide de l'Australie, il fait 1,5 Km de long et près de 117 m de haut.






Les sampans : Pour pouvoir leur permettre de naviguer sans problèmes sur les eaux limoneuses du fleuve et éventuellement de trouver leur route, les Vietnamiens peignent des yeux à l'avant de leurs bateaux.






Dans ce pays, les stations services se trouvent sur l'eau :





Et l'on y attend tranquillement les clients.


Une petite balade en sampan sur les canaux et les arroyos nous mènera vers l'île de Bên Tre. Pour accompagner les photos, une nouvelle légende vietnamienne.

 


L'histoire du moustique

 

 

 


Il était une fois, dans une région lointaine du Viêt-Nam, un jeune paysan, brave et généreux de nom Ngoc Tâm, c'est-à-dire «Cœur de diamant». Il avait une femme de nom Nhan Diêp. Celle-ci était grâcieuse et charmante. Contrairement à son mari qui était économe et laborieux, elle était paresseuse et aimait bien le luxe. Malgré cela, Ngoc Tâm aimait sa femme et lui pardonnait tout.

 

 



Malheureusement, cette union ne fut que de courte durée car sa femme mourut brutalement un beau matin. Sombrant dans la détresse, Ngoc Tâm ne voulut pas se séparer du corps de sa femme et s'opposa à son ensevelissement. Après avoir vendu ses biens, il s'embarqua dans un sampan avec le cercueil et erra au gré du courant n'ayant en tête aucune destination précise.


 

 



Un jour, son sampan l'amena au pied d'une colline verdoyante et parfumée. Descendu sur terre, il découvrit un paysage empreint de beauté avec des fleurs rares, des arbres chargés de fruits variés. Enchanté, Ngoc Tâm continua son exploration. Bientôt, il rencontra un vieillard aux longs cheveux blancs tout comme sa barbiche. Il se dégageait du vieil homme une grande sérénité et une miséricorde étonnante, ce qui lui permit de comprendre qu'il avait devant lui un génie des Lieux. Il se jeta à ses pieds, puis il l'implora de rendre la vie à sa femme.

 

 

 


Pris de pitié pour lui, le génie lui dit: « Je vais exaucer tes voeux car ton amour et ta douleur sont sincères. Mais puisses-tu ne pas trop le regretter plus tard ! ». Puis il demanda au paysan d'ouvrir le cercueil, de se couper le bout du doigt et de laisser tomber trois gouttes de sang sur le corps de sa femme Nhan Diêp. Aussitôt, celle-ci ouvrit les yeux comme si elle sortait d'une longue léthargie. Ses forces revinrent très vite. Avant la séparation, le Génie s'adressa à la femme: « N'oubliez pas vos devoirs d'épouse. Pensez à l'amour que votre époux vous porte et à son dévouement. Soyez heureux tous deux ».


 



Pressé de regagner son foyer, le paysan Ngoc Tâm tenta de ramer jour et nuit. Un soir, il dut accoster pour aller acheter des provisions. Pendant son absence, une grande barque d'un riche marchand vint s'amarrer à côté de la sienne. Frappé par la beauté de Nhan Diêp, le marchand entra en conversation avec elle, finit par la séduire et par l'emmener avec lui vers une nouvelle destination.





A son retour, Ngoc Tâm, furieux décida de se lancer à la poursuite du riche marchand. Il parvint à retrouver ce dernier après de longs mois de recherche. Il retrouva sa femme et proposa à cette dernière de le rejoindre. Habituée à la vie facile, celle-ci refusa cette proposition.





Du coup le paysan fut guéri de son amour et dit à sa femme: « Tu es libre de me quitter. Mais tu dois me rendre les trois gouttes de sang que j'ai versées sur ton corps pour te ranimer ». Heureuse de se débarrasser à si bon compte de son stupide mari, Nhan Diêp s'empressa de se piquer le doigt. Mais au moment où le sang commença à couler, elle s'écroula morte. Mais cette femme frivole et légère ne pouvait pas se résigner à quitter définitivement ce monde. Elle y revint en se transformant en un minuscule insecte poursuivant sans relâche Ngoc Tâm pour lui voler les trois gouttes de sang qui la ramèneraient à la vie humaine.


 



Cette bestiole est connue plus tard sous le nom de moustique.


D'après Ngyên Xuân Hùng

 



































































A suivre...





Commentaires

les petits bretons 14/11/2008 17:54

Tu as fait là, un magnifique voyage. C'est tout simplement superbe !
Bonne soirée

Melly 24/10/2008 21:00

wouah l'histoire du moustique !
tu nous fais de beaux reportages avec de magnifiques images -

patriarch 24/10/2008 19:43

Maintenant je comprends pourquoi les moustiques ne me piquent pas !! :PPP

:0091: Lili-Flore :0010: 24/10/2008 17:42

pas de chance, c'est à cause de Ngoc Tam que nous avons des moustiques femelles qui nous piquent, j'accusais dame nature maintenant je sais ou porter mes jérémiades. Superbes tes photos, la couleur du fleuve est bien marron ce qui donne des rivages encore plus contrastés. Amusant de voir la femme avec son foulard sur la bouche, elle ne veut pas avaler de moustique (lol)
Bonne fin de journée, bises

Elly bretonne exilée 24/10/2008 17:13

lol excellente petite histoire ! et tes photos sont toujours aussi belles !!
bisous